Usage abusif de la force dans les centres fédéraux d’asile

Suisse, 5 mai 2021 – Selon une enquête de la RTS et de l’émission Rundschau de la télévision alémanique, des employé·es chargé·es de la sécurité ont fait un usage abusif de la force contre des requérant·es d’asile dans plusieurs Centres fédéraux (CFA) en Suisse. L’investigation révèle que des rapports à destination du SEM ont été truqués par les agent·es de sécurité dans le but de se couvrir après l’application de sanctions disciplinaires à l’égard de requérant·es d’asile. Suite à ces révélations, le SEM a fait suspendre 14 employés de sociétés privées et lancé une enquête externe. L’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer a été chargé de la mener.

Des cas de violences avaient déjà été rapportés par des associations en mars 2021 dans les centres de Boudry (Neuchâtel), Giffers (Fribourg) et Bâle notamment. Souvent, la parole des victimes avait été mise en doute. A la lumière des nouvelles révélations de la RTS et de Rundschau, il s’agirait pourtant de dérapages et de dysfonctionnements répétés. Fin avril 2021, c’est le SEM qui dénonçait des actes criminels perpétrés à l’encontre d’employé·es et d’installations. Des collectifs n’ont alors pas manqué de réagir contre ces allégations en rappelant les violences physiques commises dans les CFA au cours des derniers mois. Par ailleurs, Vivre ensemble souligne que les Centres, fermés au public, sont propices à une dérive de la violence institutionnelle et un rapport d’Amnesty international au sujet des traitements violents dans les CFA devrait paraître prochainement.

Sources: RTS, «Bavures et rapports trafiqués: la sécurité dérape dans les centres fédéraux d’asile», 05.05.2021 ; SRF, «Gewaltzone Asylheim, Mario Gattiker, Agrar-Initiativen», Rundschau, 05.05.2021 ; lematin.ch, «Centres fédéraux: la violence n’est pas à sens unique», 05.05.2021 ; le Courrier, «Quatorze agent·es de sécurité suspendu·es», 05.05.2021 ; le Temps, «Le SEM lance une enquête sur les allégations de violence dans des centres pour requérants», 05.05.2021.

Voir également: ODAE romand, «Centre fédéral d’asile de Boudry: Droit de Rester dénonce des mauvais traitements», brève, 15.03.2021 ; Asile.ch, «Droit de Rester NE | Droits humains gravement violés à Boudry», 12.03.2021 ; ODAE romand, «Centre fédéral de Boudry: un requérant d’asile laissé en état d’hypothermie», brève, 18.02.2021 ; ODAE romand, «Centres fédéraux d’asile : la CNPT pointe du doigt la gestion des violences et le personnel de sécurité», brève, 25.01.2021 ; ODAE romand, «Centres fédéraux d’asile : l’envers du décor», brève, 10.12.2020 ; ODAE romand, «CFA de Giffers : des ONG dénoncent des violences envers les requérant·e·s d’asile», brève, 19.06.2020 ; Asile.ch, «Le Courrier | Violences à Chevrilles», 23.06.2020 ; 3 Rosen Gegen Grenzen, «Securitas-Gewalt im Lager Basel» ; humanrights.ch, «Les requérant·e·s doivent davantage être protégé·e·s des violences subies dans les Centres fédéraux d’asile».

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.