Centre fédéral d’asile de Boudry: Droit de Rester dénonce des mauvais traitements

Neuchâtel, 13 mars 2021 – Le collectif Droit de Rester Neuchâtel (DDR) a adressé une lettre ouverte au SEM afin de signaler de graves atteintes aux droits humains dans le Centre fédéral d’asile (CFA) de Boudry. L’association dénonce une augmentation depuis plusieurs mois du nombre de mauvais traitements infligés aux résident∙e∙s du centre de la part de certain·e∙s employé·e∙s de Protectas, l’entreprise privée chargée de la sécurité : comportements racistes, insultes homophobes, abus de pouvoir, gestion catastrophique des conflits, placages au sol, etc.

Certaines de ces pratiques ont déjà été dénoncées par DDR lorsqu’un requérant d’asile avait été enfermé dans un container non chauffé et insalubre jusqu’à devoir être transporté aux urgences en état d’hypothermie. Dans sa lettre, le collectif affirme que ce cas n’est pas isolé ; il parle d’un système punitif qui privilégie la sécurité et l’enfermement plutôt que l’encadrement et le respect des droits humains. Toutefois, les résidant·e∙s du CFA ont trop peur de porter plainte, craignant de devoir recroiser les agent·e∙s de sécurité et de subir des répercussions sur leur demande d’asile. Les signataires de la lettre rappellent également que  plusieurs tentatives de suicides ont eu lieu dans le CFA et les mettent en lien avec les dysfonctionnements dans l’encadrement.

DDR réclame l’ouverture d’une enquête indépendante, afin d’établir les faits en toute objectivité. Le collectif appelle à ce que des mesures concrètes soient prises, telles que l’engagement en nombre suffisant de professionnel·le∙s du travail social et de la santé, la suppression des containers d’isolement, une révision complète du système de sanctions, ou encore l’arrêt de la privatisation des services dans les CFA. L’association rappelle les violences dénoncées dans d’autres CFA (dans les Centres de Giffers, et de Bâle) et demande l’ouverture des CFA aux organisations et à la société civile.

Sources : Asile.ch, «Droit de Rester NE | Droits humains gravement violés à Boudry», 12.03.2021 ; Swissinfo, «Le Centre d’asile de Boudry accusé de maltraiter des personnes migrantes», 13.03.2021 ; Forum, «Les droits humains sont-ils bafoués dans les centres fédéraux d’asile? Interview de Denise Graf», 13.03.2021.

Voir également : ODAE romand, «Centre fédéral de Boudry: un requérant d’asile laissé en état d’hypothermie», brève, 18.02.2021 ; ODAE romand, «Centres fédéraux d’asile : la CNPT pointe du doigt la gestion des violences et le personnel de sécurité», brève, 25.01.2021 ; ODAE romand, «Centres fédéraux d’asile : l’envers du décor», brève, 10.12.2020 ; ODAE romand, «CFA de Giffers : des ONG dénoncent des violences envers les requérant·e·s d’asile», brève, 19.06.2020 ; Asile.ch, «Le Courrier | Violences à Chevrilles», 23.06.2020 ; 3 Rosen Gegen Grenzen, «Securitas-Gewalt im Lager Basel» ; humanrights.ch, «Les requérant·e·s doivent davantage être protégé·e·s des violences subies dans les Centres fédéraux d’asile».

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.