Centre fédéral de Boudry: un requérant d’asile laissé en état d’hypothermie

Le 13 février, la radio neuchâteloise RTN révélait qu’une personne requérante d’asile résidant au Centre fédéral d’asile (CFA) de Boudry s’était retrouvée aux urgences en état d’hypothermie avancé. Les agents de sécurité du Centre l’ont enfermé à l’extérieur du centre, dans un container faisant office de « cellule de dégrisement ». La cellule peut être chauffée en cas d’utilisation, mais cela n’a pas été le cas et la personne a vu sa température corporelle chuter rapidement, pour atteindre 33 degrés au moment de son arrivée à l’hôpital.

Le Ministère public neuchâtelois a ouvert une enquête. De son côté, le SEM a indiqué attendre les conclusions de l’instruction avant de se prononcer.

Cet événement n’est pas le premier qui souligne le problème de l’encadrement au sein des CFA et par les agent∙es de sécurité d’entreprises privées. Des situations de violences subies par plusieurs demandeur∙euses d’asile ont déjà été rapportées dans le CFA de Chevrilles/Giffers situé sur le canton de Fribourg et font l’objet d’une instruction depuis plusieurs mois.

Sources : RTN, « Etat d’hypothermie au Centre de Perreux », 16.02.2021 ; Santi Terol, « Hypothermie d’un requérant à Perreux: ce que l’on sait », Arcinfo, 17.02.2021 ; Julie Jeannet, « Hypothermie au centre d’asile », Le Courrier, 17.02.2021 ; 20minutes, « Laissé au froid par la sécurité du centre, un migrant finit aux urgences », 15.02.2021.

Voir également : ODAE romand, « Centres fédéraux d’asile : la CNPT pointe du doigt la gestion des violences et le personnel de sécurité », brève, 25.01.2021 ; ODAE romand, « Centres fédéraux d’asile : l’envers du décor », brève, 10.12.2020 ; ODAE romand, « CFA de Giffers : des ONG dénoncent des violences envers les requérant·e·s d’asile », brève, 19.06.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.