Qui sommes-nous ?

 « Se soucier des effets de l’application des lois sur les êtres humains,
tel est le rôle de l’ODAE. Il signale, de façon factuelle, les conséquences
dramatiques de certaines dispositions pour des personnes en situation
de grande fragilité. Ce rôle est essentiel dans notre démocratie. »
Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme
Juillet 2014

 

Notre mission

Depuis sa création en 2006, l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers s’est donné pour mission de rendre visible la réalité cachée de ce que vivent une grande partie des requérant·e·s d’asile et des personnes étrangères en Suisse. Il contribue ainsi à une information éclairée dans l’opinion publique et alimente, à partir de faits réels, un débat politique souvent empreint d’amalgames, de peurs et de contre-vérités. Pour ce faire il se fonde sur des cas individuels, des histoires de vies auxquelles chacun·e pourrait s’identifier. La mission de l’ODAE romand est également de servir de relai aux professionnel·le·s de terrain qui rencontrent ces situations et les lui communiquent.

À travers une description rigoureuse de ces situations, l’ODAE romand entend réintroduire l’humain dans le débat sur la politique migratoire suisse et permettre aux citoyen·ne·s de prendre conscience des effets concrets qu’engendrent les lois votées sur le sort d’hommes, de femmes et d’enfants.

Télécharger nos statuts.

 

Notre vision

Par ses actions d’information et de sensibilisation, l’ODAE romand favorise une application du droit respectueuse de la dignité humaine et participe à l’amélioration des conditions de vie des personnes étrangères en Suisse.

 

Nos objectifs

OBSERVER

collecter des cas d’application de la législation ou de pratiques des autorités qui entraînent des conséquences humaines choquantes, grâce à notre réseau de correspondant·e·s engagés dans la pratique.

 

 VERIFIER

sélectionner ces informations, les synthétiser, les vulgariser et les faire relire par des spécialistes avant toute publication, selon une démarche rigoureuse.

Lire les explications sur nos différents types de documents

 

INFORMER

diffuser et valoriser les informations ainsi que leur utilisation auprès des personnes-clés du débat sur l’asile et la migration. Sensibiliser le grand public, notamment par des interventions/formations auprès de professionnel·le·s, d’associations, dans les écoles ou les universités. etc.

Nos impacts

En plus de la diffusion régulière de nos observations auprès de nos membres, sympatisant·e·s et abonné·e·s à notre newsletter, les informations produites par l’ODAE romand peuvent être utilisées par :

Les journalistes et les médias, comme une source d’information pour rédiger ou compléter des articles portant sur l’asile et la migration.

Les parlementaires fédéraux et autres politicien·ne·s, pour alimenter le débat, pour illustrer leurs arguments lors de prises de décisions ou pour préparer des interpellations. Ces informations fiables et non étatiques peuvent d’ailleurs servir tous les acteurs et actrices du débat politique (associations, militant·e·s, partis, syndicats, organisations internationales).

Les professionnel·le·s et bénévoles œuvrant auprès de la population étrangère, pour trouver des informations sur le cadre juridique et des cas d’application qui peuvent servir d’exemple pour l’accompagnement et la défense juridique individuelle.

Les étudiant·e·s, chercheur·euses et enseignant·e·s. L’ODAE romand a élaboré un matériel pédagogique pour des interventions dans les classes, n’hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressé·e·s !

Voir comment et par qui nos informations sont utilisées dans la rubrique Nos impacts.

 

Notre histoire

Le projet d’un Observatoire du droit d’asile et des étrangers a été lancé à Genève suite à l’adoption, le 24 septembre 2006, d’une révision de la loi sur l’asile (LAsi) et d’une nouvelle loi sur les étrangers (LEtr). De nombreuses personnes souhaitaient se doter d’un outil pour suivre de près les conséquences de ces durcissements législatifs et rendre compte des problèmes posés par leur application.

Suite au projet pilote lancé à Genève et qui s’étend aujourd’hui à toute la Romandie, deux autres observatoires ont vu le jour : l’Observatoire de Suisse orientale basé à St-Gall et l’Observatoire suisse basé à Berne. Les trois observatoires sont des associations indépendantes l’une de l’autre, chacune se rattachant à sa propre zone géographique, mais collaborent pour des projets communs (voir les rapports “Asile à deux vitesses” et “Le regroupement familial et les limitations à la vie familiale”

> Notre équipe

> Nos rapports d’activité

> Nos partenaires

 

SOUTENEZ NOTRE ACTION PAR UN DON

CCP 10-747881-0 – IBAN CH46 0900 0000 1074 7881 0
Merci beaucoup !

Cliquer sur l’image pour télécharger le dépliant de présentation