Le SEM a retiré l’admission provisoire d’une vingtaine de personnes ressortissantes d’Erythrée

Le SEM a levé une vingtaine d’admissions provisoires de ressortissant·e·s d’Erythrée soit 9% des situations examinées dans le cadre d’un « projet pilote » (lire la brève « Le SEM veut renvoyer vers l’Erythrée, au risque de violer le droit international »). Ces décisions de renvoi peuvent faire l’objet d’un recours au TAF. Le SEM va poursuivre cette procédure en réexaminant l’admission provisoire de 2’800 autres personnes d’ici le milieu de l’année 2019. L’organisation Amnesty International a manifesté son inquiétude face à ce durcissement de la politique d’asile à l’égard des Erythréen·ne·s. Elle a rappelé que l’accès restreint au pays rend impossible la vérification d’informations, qu’aucune amélioration n’est à signaler dans le domaine des droits humains en Erythrée et que le service national d’une durée indéterminée est toujours en vigueur. En juillet 2018, le TAF a assimilé le service national à du travail forcé (E-5022/2017), mais a considéré que cette violation de l’art. 4 al. 2 CEDH n’était pas grave au point d’empêcher le renvoi (lire la brève « Nouveau durcissement du TAF sur les renvois en Érythrée »). Amnesty International dénonce une pratique qui pousse les personnes dans la précarité et les prive de toutes possibilités d’intégration.

 

Sources : communiqué de presse du SEM, 03.09.2018 ; communiqué de presse d’Amnesty International, 03.09.2018 ; brèves de l’ODAE romand du 26.04.2018 et du 17.07.2018.

Cas relatifs

Cas individuel — 11/12/2016

Atteint du VIH, il pourrait obtenir un permis de séjour, on lui propose un statut précaire

Atteint du VIH et soumis à un traitement spécifique, « Sinh » se voit à plusieurs reprises refuser un permis pour cas de rigueur par le SPoMi, qui estime que les soins seront accessibles au Vietnam « selon toute probabilité ». Le Tribunal cantonal casse la décision, critiquant la légèreté de l’investigation du SPoMi. Alors que « Sinh » semble remplir les conditions d'octroi d’un permis de séjour, le canton opte pour une admission provisoire.
Cas individuel — 03/07/2013

Après 20 ans en Suisse, « Houria » se voit réattribuer un statut précaire

« Houria » et sa fille mineure voient leur permis B remplacé, après dix années, par une admission provisoire. Le Tribunal cantonal vaudois, qui reconnaît les efforts d’« Houria » pour trouver un emploi, estime néanmoins que sa détresse psychologique et l’incapacité totale de travailler qui en résulte ne justifient pas sa dépendance à l’aide sociale.
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.