La Suisse ignore la jurisprudence de la CourEDH et renvoie un père de famille étranger

Le Tribunal fédéral vient de confirmer la décision de renvoi d’un père de famille kosovar reconnu coupable de tentative de trafic de drogue. Intervenue peu après une nouvelle condamnation de la Suisse par la CourEDH dans un cas similaire, la décision du TF peut paraître surprenante. En effet, le Tribunal relativise « fortement » l’arrêt de la CourEDH, Udeh c. Suisse, car celui-ci tient compte de faits postérieurs à la décision fédérale attaquée. Ensuite, le TF effectue une pesée des intérêts qui semble s’éloigner en partie de celle de la CourEDH dans son arrêt d’avril 2013. En effet, selon la Cour, « le fait que le requérant a commis une seule infraction grave et que son comportement ultérieur a été irréprochable […] laisse supposer une évolution positive pour l’avenir ». Ainsi, l’intérêt public ne serait a priori plus menacé par sa présence en Suisse.

Le TF ne semble pas juger cet élément de la même façon. Marié à une compatriote au bénéfice d’un permis C avec laquelle il a 3 enfants, le ressortissant kosovar avait été mis au bénéfice d’une autorisation de séjour dès 2007. En 2009, suite à une condamnation à 15 mois de prison avec sursis, il se voit refuser le renouvellement de son permis. Depuis, il a créé une entreprise et n’a plus commis de délit. Bien qu’elle vive en Suisse depuis ses 15 ans, son épouse pourrait, selon le TF, s’installer avec son mari et leurs enfants au Kosovo.

Le Nigérian dont le cas avait été porté devant la CourEDH avait, lui, été condamné à 42 mois d’emprisonnement, également pour trafic de drogue, et effectué 17 mois ferme. D’un autre côté, ses enfants étant suisses, ces derniers ne pouvaient être tenus de suivre le père dans son pays, notamment depuis la séparation du couple.

Ces décisions viennent rappeler l’importance d’un examen individualisé de toute situation où le renvoi peut entraîner une atteinte disproportionnée au droit au respect de sa vie privée et familiale (art. 8 CEDH), y compris lorsqu’un étranger a commis une infraction grave.

Sources : Tribunal fédéral, arrêt 2C_365/2013 du 30 août 2013 ; CourEDH, Udeh c. Suisse, arrêt du 16 avril 2013 ; ODAE romand, brèves du 24 avril et 11 septembre 2013.

Cas relatifs

Cas individuel — 27/05/2016

Un père arraché à son épouse enceinte et ses enfants

« Awat » habitait à Genève avec son épouse « Mariame » enceinte de trois mois, et leurs deux filles, « Melete » et « Awatif ». Enfin réunie après un long périple et un exil forcé, cette famille se voit à nouveau séparée, cette fois par les autorités suisses : le père est renvoyé en Italie. Le Tribunal ne retient ni son droit à la vie familiale, ni l’intérêt supérieur de ses enfants à grandir auprès de leur père.
Cas individuel — 03/01/2013

L'ODM nie la jurisprudence fédérale et renvoie un enfant ressortissant européen

Mariée à un ressortissant français depuis 2005, « Ivana » s’installe en Suisse et y occupe divers emplois. Après le prononcé de son divorce et malgré son indépendance financière, elle se voit refuser le regroupement familial qui découle du droit de séjour de son fils, ressortissant communautaire. Dans son argumentaire, l’ODM nie l’évolution de la jurisprudence du TF.
Cas individuel — 29/10/2012

Un père de famille est renvoyé malgré les
lourds problèmes de santé de sa fille

La Suisse refuse de renouveler le permis d’« Aboubacar », coupable d’une infraction à la LStup en 2006, malgré l'importance de sa présence pour sa famille et notamment sa fille, née grande prématurée, qui a besoin de soins assidus. Une requête a été introduite à la CourEDH.
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.