Témoignage d’une visite au centre fédéral de Chevrilles

Le 18 juillet 2018, Aldo Brina, chargé d’information sur l’asile du Centre Social Protestant (CSP) à Genève, s’est rendu au centre fédéral de Chevrilles, également appelé Giffers ou Gouglera. Ce centre a pour fonction d’héberger des requérant·e·s d’asile en attente d’une décision de renvoi ou de l’exécution d’un renvoi (NEM Dublin pour la plupart). Il pourra héberger jusqu’à 250 personnes. M. Brina relève le caractère isolé et très sécurisé du centre (nombreux agents de sécurité, grillages surmontés de fils barbelés, caméras de surveillance, fouille des résident·e·s à chaque entrée). Les personnes qui y vivent ne peuvent en sortir en dehors des heures prévues par l’ordonnance régissant la vie dans les centres (9h00-17h00). Pour Aldo Brina, il s’agit finalement d’un lieu de prédétention administrative en vue du renvoi, avec un dispositif sécuritaire et une situation géographique qui accentuent l’effet « emprisonnement ». Sur le plan psychologique, la situation administrative des personnes, qui attendent l’exécution d’un renvoi sans savoir quand il aura lieu, rend le climat pesant.

D’après le SEM, deux tiers des personnes affectées à ce centre ont « disparu », passées dans la clandestinité ou sorties du pays. Un tel centre devrait également être construit d’ici 2022 dans le canton de Genève, sur la commune du Grand-Saconnex.

Source : asile.ch, Centre fédéral de Chevrilles – asile et barbelés, 18.09.2018 ; sur les centres fédéraux, voir la brève « Puni, un père ne peut sortir du centre fédéral et manque la naissance de son enfant » du 19.10.2017 et l’onglet Révisions de la LAsi

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 13/10/2009

Les erreurs de procédure comptent peu quand il s’agit d’expulser un étranger

Placé en détention administrative, « Rustam » y restera jusqu’à son renvoi, malgré plusieurs recours pour de graves vices de procédure. Les autorités ne les nient pas, mais elles estiment que le respect des règles légales est secondaire, parce que « Rustam » a été inculpé pour vol.
Cas individuel — 24/08/2009

Une amende salée pour un requérant indigent

Un demandeur d’asile se fait contrôler par la police près de la frontière avec la France. Il reçoit cinq mois plus tard une amende d’un montant de 360 francs suisses, un montant difficilement payable pour un demandeur d’asile qui vit de l’aide sociale.
Cas individuel — 20/10/2008

Europe de Dublin : une pente glissante même pour les « vrais » réfugiés

Menacé par des milices islamistes parce qu’il collabore avec l’armée américaine en Irak en tant que traducteur, « Bachir » gagne la Suisse après avoir parcouru l’Europe en quête d’asile. Sans nier ses dires mais en appliquant la logique des accords de Dublin, la Suisse le renvoie vers la Suède, qui veut le renvoyer vers la Grèce, où il risque un renvoi vers l’Irak.