Modification de la LEI: interdiction de voyager pour les personnes admises à titre provisoire ?

Naem a 24 ans. Kurde de Syrie, il est arrivé en Suisse en 2015 et a été admis à titre provisoire (permis F). Sa famille a voulu le rejoindre, mais s’est retrouvée bloquée en Allemagne à cause du Règlement Dublin. Si la modification de la LEI proposée par le Conseil fédéral entre en vigueur, Naem aura l’interdiction de leur rendre visite, sous peine de se voir retirer son admission provisoire.

En effet, le Conseil fédéral a mis en consultation une modification de la LEI qui contient plusieurs adaptations du statut de l’admission provisoire, dont notamment l’interdiction de voyager dans le pays d’origine et dans tout autre pays que la Suisse, sauf si le voyage a pour but de préparer son retour définitif dans son pays d’origine. Actuellement, la législation est déjà restrictive et les voyages ne sont possibles que dans certains cas particuliers, mais ils restent le seul moyen pour de nombreuses personnes de garder contact avec la famille et les proches. Les associations actives sur le terrain s’inquiètent donc de cette restriction à la liberté de mouvement et au droit d’entretenir des relations familiales.  

A plusieurs reprises et notamment dans son dernier rapport d’observation, l’ODAE romand a montré qu’entre les restrictions à la liberté de mouvement, les obstacles au regroupement familial et l’accès difficile au travail et à la formation, les personnes admises à titre provisoire font face à un statut précaire qui met en péril leur santé mentale et fait obstacle à leur intégration.

Sources : Situation signalée par un∙e correspondant∙e ; Conseil fédéral, « Admission provisoire : changement de canton autorisé en cas d’emploi, interdiction de voyager dans le pays d’origine et dans les autres pays », 21 août 2019 ; Revue Vivre Ensemble, « Editorial : interdiction de voyager ? De l’acharnement gratuit », 1 octobre 2019 ; CSP, « Réponse à la consultation sur l’avant-projet Modification de la loi fédérale sur les étrangers et l’intégration (LEI): restriction des voyages à l’étranger et modification du statut de l’admission provisoire », 29 octobre 2019.

Voir également : ODAE romand, « Pas de refonte du statut d’admission provisoire, mais un accès facilité au marché de l’emploi », brève, 16 mars 2018 ; ODAE romand, « Les conditions d’accueil mettent en péril la santé mentale des réfugié∙e∙s », brève, 11 novembre 2017 ; ODAE romand, « Permis F : admission provisoire ou exclusion durable ? », rapport, octobre 2015.

Cas relatifs

Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.