Interdiction de voyager pour les personnes admises à titre provisoire

Suisse, 06.12.2021 – Lors de sa session de décembre, le Parlement suisse a entériné une réforme de la LEI qui interdit en principe de voyager aux personnes admises à titre provisoire (permis F). Cette décision concerne aujourd’hui environ 50’000 personnes en Suisse, qui ne sont pas reconnues comme réfugié·es mais qui peuvent demeurer sur le territoire souvent des années.

L’OSAR et l’EPER dénoncent un durcissement de l’interdiction de voyager à la fois inutile, disproportionné et incompatible avec les droits fondamentaux, notamment le droit à la famille. Ces organisations rappellent que des parents ne pourront plus rendre visite à leurs enfants qui résideraient dans un autre pays que leur pays d’origine. Une famille au sens large séparée par le règlement Dublin entre deux pays européens n’aurait plus non plus la possibilité de se rencontrer.

L’OSAR souligne également que ce statut provisoire induit des obstacles à l’intégration notamment sur le marché du travail. De ce point de vue, la réforme de la LEI adoptée en décembre 2021 apportera quelques améliorations ponctuelles mais si limitées qu’elles ne concerneront que très peu de personnes.

Sources: EPER, «Décision parlementaire bafouant les droits fondamentaux des personnes admises à titre provisoire», 08.12.2021 ; OSAR, «Une interdiction de voyager très stricte au lieu d’une intégration facilitée pour les titulaires d’une admission provisoire», 06.12.21.

Voir également: ODAE romand, «Modification de la LEI: interdiction de voyager pour les personnes admises à titre provisoire?», brève, 31.10.19 ; asile.ch, «Restrictions des voyages à l’étranger des permis F | Opposition des milieux de l’asile», 22.11.19.

Cas relatifs

Cas individuel — 12/11/2020

Transformation de F en B : procédure bloquée à cause d’un passeport manquant

Abdela* est né en Éthiopie de parents érythréen·ne·s. Après avoir obtenu une admission provisoire, il dépose une demande de transformation de son permis F en permis B devant le Service de la population (SPOP) du canton de Vaud. Pour accéder à sa requête, le SPOP exige qu’Abdela* présente un passeport. Pourtant, son identité et sa nationalité érythréenne ont été confirmées dans un jugement du TAF et ni la loi ni les directives du SEM ne posent cette exigence.
Cas individuel — 27/05/2016

Un père arraché à son épouse enceinte et ses enfants

« Awat » habitait à Genève avec son épouse « Mariame » enceinte de trois mois, et leurs deux filles, « Melete » et « Awatif ». Enfin réunie après un long périple et un exil forcé, cette famille se voit à nouveau séparée, cette fois par les autorités suisses : le père est renvoyé en Italie. Le Tribunal ne retient ni son droit à la vie familiale, ni l’intérêt supérieur de ses enfants à grandir auprès de leur père.
Cas individuel — 30/07/2015

Malgré sa bonne intégration, un permis de séjour lui est refusé

« Salman » est en Suisse depuis plus de cinq ans au bénéfice d’une admission provisoire et a su acquérir une indépendance financière. Il remplit les conditions d’octroi d’un permis de séjour pour cas de rigueur, telles que définies à l’art. 84 al. 5 LEtr et à l’art. 31 OASA. Les autorités lui reprochent toutefois de ne pas pouvoir se prévaloir d’une « intégration exceptionnelle ».
Cas individuel — 16/01/2014

5 mineurs attendent plus d’un an pour
rejoindre leur mère en Suisse

Après avoir fui la guerre en Somalie, « Halima » et ses cinq petits-enfants vivent en Éthiopie dans une précarité extrême. Leur demande d’entrée en Suisse, pays où vit « Amal », respectivement leur fille et mère titulaire d’un permis F, n’aboutit que 20 mois plus tard, après le décès d’« Halima ».