Équatoriens à Genève : relation père-fille protégée par Strasbourg

Le 8 juillet 2014, la CourEDH a condamné la Suisse pour non respect de la vie familiale d’un ressortissant équatorien débouté de l’asile et de sa fille adolescente au bénéfice d’une admission provisoire (art. 8 CEDH). Dans son arrêt, la cour de Strasbourg a épinglé le manque de considération des autorités suisses pour l’intérêt supérieur de l’enfant (art. 3 CDE) dans leurs décisions au sujet de cette famille.

Après dix années de procédure ayant abouti au rejet de leur demande d’asile, c’est sur recours au Tribunal administratif fédéral que l’adolescente – arrivée ici à l’âge de deux ans – et la mère qui en a la garde ont pu obtenir une admission provisoire en 2012, car leur renvoi « constituerait un déracinement d’une rigueur excessive » pour la jeune fille alors âgée de 13 ans. Ce Tribunal a cependant ordonné le renvoi du père, qui ne vit plus avec elles, bien que celui-ci entretienne une relation étroite avec sa fille mineure et que son ex-épouse l’aide à surmonter ses problèmes d’ordre psychique – il est atteint de syndrome de stress post-traumatique et a tenté plusieurs fois de se suicider. Pour les juges de St-Gall, les quatre condamnations pénales de l’Équatorien pèsent plus lourd sur la balance que son lien avec sa fille, pour laquelle il bénéficie d’un droit de visite élargi.

A Strasbourg les choses sont jugées différemment. La peine la plus lourde infligée à ce père a été de neuf mois avec sursis, et il n’a plus commis de délit depuis 2009. La Suisse, qui dans ce dossier a estimé qu’il n’y avait pas lieu d’offrir une protection de la vie familiale à des personnes dont le droit de séjour en Suisse n’est pas assuré – car admises à titre « provisoire » – s’est fait condamner une fois de plus pour avoir voulu renvoyer un étranger ayant séjourné longuement en Suisse et dont l’enfant mineur est domicilié ici (voir notre brève du 24.04.2013).

> Voir également à ce sujet le cas d’« Aboubacar », pendant devant la CourEDH.

Sources : Arrêt M.P.E.V. et autres c. Suisse (en anglais) ; Communiqués de la Cour et du CSP Genève et AIRE Centre, 8 juillet 2014 ; arrêt TAF E-2062/2012, 7 septembre 2012.

Cas relatifs

Cas individuel — 13/01/2015

Admis « provisoirement » depuis 12 ans il ne peut pas voir sa famille en Allemagne

Titulaire d’un permis F depuis 12 ans, « Seyoum » demande un « visa de retour », document officiel nécessaire pour rendre visite à sa famille en Allemagne et revenir en Suisse. L’ODM refuse au motif qu’il dépend de l’aide sociale. « Seyoum » est comme enfermé en Suisse.
Cas individuel — 10/04/2014

Il doit aller jusqu’au TF pour pouvoir élever sa fille suissesse

« Jalil » et sa femme suissesse se séparent après 6 années de relation dont 1 an de mariage. Malgré la très étroite relation qu’il conserve avec leur fille âgée de 6 ans et sa bonne intégration, il devra faire recours jusqu’au TF pour obtenir la prolongation de son permis de séjour.
Cas individuel — 03/01/2013

L'ODM nie la jurisprudence fédérale et renvoie un enfant ressortissant européen

Mariée à un ressortissant français depuis 2005, « Ivana » s’installe en Suisse et y occupe divers emplois. Après le prononcé de son divorce et malgré son indépendance financière, elle se voit refuser le regroupement familial qui découle du droit de séjour de son fils, ressortissant communautaire. Dans son argumentaire, l’ODM nie l’évolution de la jurisprudence du TF.
Cas individuel — 29/10/2012

Un père de famille est renvoyé malgré les
lourds problèmes de santé de sa fille

La Suisse refuse de renouveler le permis d’« Aboubacar », coupable d’une infraction à la LStup en 2006, malgré l'importance de sa présence pour sa famille et notamment sa fille, née grande prématurée, qui a besoin de soins assidus. Une requête a été introduite à la CourEDH.