Des travailleuses d’OI défendent leurs droits malgré le risque de perdre leur statut

Genève, 06.06.21 – Une demi-douzaine de femmes employées dans l’économie domestique auprès de membres d’organisations internationales à Genève ont pris la parole pour dénoncer des dizaines d’années de travail sans salaire.

Durant des années, jusqu’à 20 ans pour certaines d’entre-elles, 6 femmes originaires des Philippines se sont trouvées contraintes de travailler plusieurs heures par semaine pour des diplomates. Elles sont venues avec la promesse de recevoir une carte de légitimation, un toit, de la nourriture, des protections sociales et un salaire. Une fois arrivées à Genève, il leur a été annoncé qu’elles allaient en fait travailler gratuitement.

Leur permis de séjour (une carte de légitimation délivrée par la mission suisse) étant dépendant de leur patron, les femmes ont été tenues au silence par crainte de perdre leur statut. Elles ont donc effectué plus de 10 heures par semaine sans salaire, tout en travaillant pour d’autres familles pour subvenir à leurs besoins vitaux.

Les humiliations subies par leurs employeurs pakistanais et la perte de leur revenu en raison de la pandémie a fait basculer leur fragile équilibre. Elles ont décidé de sortir de l’ombre et du silence en mai 2021 et d’interpeler les autorités fédérales et cantonales, qui n’ont pas encore statué. Sans une régularisation de leur statut de séjour, elles sont contraintes soit à la clandestinité, soit au retour au pays.

Sources: SIT info, «Point de situation sur les employées de maisons des diplomates pakistanais à Genève», 10.06.21 ; le Courrier, «Employées de diplomates sans salaire», 11.06.21 ; Blick, «Des employées de diplomates exploitées brisent le silence», 11.06.21 ; Mise au point, «Après 20 ans sans salaire, des employées de diplomates à Genève se rebiffent», 06.06.21.

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.
Cas individuel — 18/06/2007

Brisée par des viols, elle reste par erreur 7 mois à l’aide d’urgence

Incapable de parler des viols qui l’ont traumatisée, "Yeshi" est frappée de non entrée en matière. Lorsqu’elle parvient à parler à sa thérapeute des violences qu'elle a subies, l'ODM laisse passer 7 mois avant de traiter sa demande de reconsidération. 7 mois de trop à l’aide d’urgence.