Aéroport de Genève: pratique inquiétante du Secrétariat d’Etat aux Migrations

L’association elisa-asile a communiqué hier sur une situation préoccupante dont elle a été témoin concernant deux requérants d’asile assignés à la zone de transit de l’Aéroport de Genève.

Pendant la période de Noël-Nouvel An, alors que les bureaux du Secrétariat d’État aux Migrations (SEM) étaient fermés, deux requérants sont arrivés à l’Aéroport de Genève. Ils ont été assignés à la zone de transit au moyen d’un document comportant de nombreuses irrégularités. Ces décisions n’était non seulement pas signées, mais aussi l’entête correspondait à celle de l’ODM (qui s’appelle le SEM depuis le 1er janvier 2015 !).

L’association elisa-asile, qui conseille et représente gratuitement les requérant-e-s d’asile qui déposent leur demande à l’aéroport, a fait recours contre ces décisions viciées auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF). Invité à remettre l’entier du dossier au TAF pour instruction, le SEM a joint au dossier une version modifiée de la décision initiale d’assignation à la zone de transit, notamment en y ajoutant la signature qui manquait à l’original.

Le TAF a admis les deux recours déposés par elisa-asile : les deux décisions d’assignation à la zone de transit ont été annulées car considérées toutes deux comme contraires au droit fédéral. Les deux requérants ont finalement pu quitter la zone de transit après respectivement 25 et 40 jours de rétention illicite.

Source : arrêt du TAF E-8409/2016 du 14 janvier 2016 et arrêt du TAF D-347/2016 du 22 janvier 2016, document info-presse d’elisa-asile.

Cas relatifs

Cas individuel — 08/07/2014

Placée en détention administrative, elle perd son enfant

« Soraya », originaire d’Érythrée, demande l’asile en Suisse. Comme elle a déjà demandé l’asile en Suède, elle est incarcérée en vue d’un transfert. Enceinte, son état de santé se détériore en prison et elle doit interrompre sa grossesse. Suite à ce tragique événement, le TAF impose l’application de la clause de souveraineté de l’accord de Dublin, annulant ainsi son transfert.
Cas individuel — 16/06/2014

Malgré sa collaboration,
l’OCPM le fait arrêter dans ses locaux

Après 10 années passées en Suisse et le rejet définitif de sa demande d’asile, le Togolais « Dodji » est arrêté à l’OCPM en vue de l’établissement d’un laissez-passer et de son renvoi avec épouse et enfants. Saisis, les juges cantonaux jugent cette arrestation disproportionnée.
Cas individuel — 28/05/2013

Il est illicitement détenu alors qu’il
collabore et accepte de quitter la Suisse

En 2012, « Lucas » est arrêté pour séjour irrégulier. Acceptant de rentrer au Brésil, il sollicite un délai pour préparer son retour, puisque son fils est scolarisé en Suisse. Après un refus de la part du Tribunal cantonal valaisan, le TF interrompt in extremis son renvoi et juge sa détention illicite pour non-respect des exigences légales en la matière.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.