A Genève, un projet vise à améliorer la prise en charge des réfugié.es LGBTI

Suite à l’agression d’un demandeur d’asile gay dans un foyer d’accueil à Genève, plusieurs associations ont souhaité mieux connaître les problèmes spécifiques auxquels sont confrontés les réfugiés LGBTI (lesbiennes, gays, bi-, transgenres et intersexes) et les difficultés des acteurs du domaine de l’asile à y apporter des réponses adéquates. La Coordination asile.ge et la Fédération genevoise des associations LGBT se sont ainsi associées pour mettre en place le projet de recherche-action « Asile LGBT ». Le but : améliorer les conditions d’accueil et favoriser le développement de bonnes pratiques au sein des institutions et organismes en contact avec cette population. La première phase du projet s’est terminée en fin d’année 2016 avec la publication d’un rapport présentant les résultats de la recherche. Elle a été menée entre janvier et septembre 2016 par Anne Arvy, de En-Quêtes– plateforme d’anthropologie, avec le suivi d’un comité de pilotage composé de représentant.es des associations de la Coordination asile.ge.

Selon le rapport précité, les réfugiés LGBTI font face à une double vulnérabilité, d’une part en raison de leur statut de migrants, et d’autre part en lien avec leur orientation sexuelle et/ou leur identité de genre. Ces facteurs de vulnérabilités se conjuguent pour créer un cadre d’existence spécifique marqué par « des obstacles manifestes à leur accès au droit à la protection reconnu par leur qualité de réfugié.e, ainsi qu’à la santé et à l’intégration à la société genevoise » (p. 7 du rapport). Le rapport analyse les besoins des réfugié.es LGBTI et les réponses données par les acteurs institutionnels et associatifs genevois. Sur la base de ces résultats, il formule un certain nombre de recommandations : visibiliser et inclure les réfugiés LGBTI, adapter leur prise en charge, faciliter leur identification et favoriser leur participation. La deuxième étape du projet, prévue courant 2017, vise à traduire ces recommandations en actions concrètes, afin d’adapter la prise en charge, et ainsi les conditions de vie et d’existence de ces personnes à Genève.

Source : Rapport « Asile LGBT Genève, Recherche-action sur l’accueil des réfugié.es LGBTI à Genève », novembre 2016.

Cas relatifs

Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 28/04/2010

Pas d’asile pour une victime de viols menacée de crime d’honneur

Déjà répudiée par sa famille, « Lulia », jeune femme kosovare, est encore victime de séquestration et de viols de la part de son employeur. Son père menace de la tuer, mais l’ODM et le TAF n’y voient qu’un litige privé qui ne saurait conduire à l’octroi de l’asile.
Cas individuel — 24/08/2009

Malgré toutes les preuves de persécution il n’obtient pas l’asile

Menacé de mort par des groupes armés, « Salim », ancien interprète en Irak pour l'armée américaine, fuit son pays pour gagner la Suède, puis la Suisse. Conformément à la logique des Accords de Dublin, la Suisse refuse d’entrer en matière sur sa demande d’asile, malgré les documents qui attestent des dangers encourus, et ordonne son renvoi vers la Suède.
Cas individuel — 18/06/2007

Brisée par des viols, elle reste par erreur 7 mois à l’aide d’urgence

Incapable de parler des viols qui l’ont traumatisée, "Yeshi" est frappée de non entrée en matière. Lorsqu’elle parvient à parler à sa thérapeute des violences qu'elle a subies, l'ODM laisse passer 7 mois avant de traiter sa demande de reconsidération. 7 mois de trop à l’aide d’urgence.