Une décision de renvoi vers l’Érythrée viole la Convention contre la torture

Le 7 décembre 2018, le Comité contre la torture (CAT) a déclaré que la décision de renvoi prise par la Suisse envers un requérant érythréen violait la Convention de l’ONU contre la torture (M.G. c. Suisse). Cette décision intervient quelques semaines seulement après que l’ODAE romand ait publié un rapport sur les durcissements du droit d’asile visant les Érythréen∙ne∙s. Dans sa plainte au CAT, le requérant a invoqué le risque de subir des mauvais traitements (violation des art. 3 et 16 de la Convention et des art. 3 et 4 CEDH) en cas de renvoi. Il affirme qu’il serait incorporé au service national, vu son âge et le fait qu’il a quitté le pays sans autorisation. A ce propos, le Comité cite les conclusions alarmantes de la rapporteuse spéciale sur les droits humains en Érythrée, dans son rapport de juin 2018. Le requérant invoque également de graves vices de procédure. Le Comité retient que l’audition sur les motifs d’asile s’est déroulée sans le concours d’un conseil juridique et en tigrigna alors que la langue maternelle du requérant est le bilen. Par ailleurs, pour le Comité, les autorités suisses auraient dû prendre des mesures pour vérifier l’authenticité des documents fournis par le requérant avant de les écarter et de fonder leur raisonnement sur leur prétendue falsification. Quant à l’avance de frais de 600 frs exigée par le TAF, le CAT la considère comme inéquitable. Le recourant étant interdit de travailler et n’ayant droit qu’à 415 frs par mois d’aide sociale, il ne pouvait s’en acquitter et s’est retrouvé privé d’un « examen effectif indépendant et impartial » , ce qui constitue une violation de l’art. 3 de la Convention. Le Comité demande donc à la Suisse d’examiner le recours au regard de ces constatations et de l’informer des mesures qu’il aura prises pour y donner suite dans un délai de 90 jours. Il convient de noter que la requête avait été déposée en mars 2017, soit avant la jurisprudence du TAF de juillet 2018 selon laquelle les renvois vers l’Érythrée sont en principe exigibles. Celle-ci est également à l’examen devant le CAT.

 

Sources : M.G. c. Suisse, Communication n° 811/2017 du 7.12.2018 et communiqué de presse du CSDM du 19.12.2018 ; rapport de l’ODAE romand « Durcissements à l’encontre des Erythréennes : une communauté sous pression », novembre 2018 (sur la vraisemblance dans les procédures d’asile, voir chap. 3.2 et 3.3)

Cas relatifs

Cas individuel — 19/09/2018

Le SEM met en doute le récit et prononce le renvoi d’un Érythréen de 19 ans

Arrivé comme MNA, « Bereket » est entendu sur ses motifs d’asile deux ans après avoir déposé sa demande. Pour le SEM, ses propos manquent de détails et de consistance. Le SEM qualifie son récit d’invraisemblable, lui refuse l’asile et prononce son renvoi vers l’Erythrée.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.
Cas individuel — 21/04/2011

Il obtient l'asile après avoir frôlé le renvoi
faute de pouvoir payer une avance de frais

Après le refus de sa demande d’asile par l'ODM en 2010, « Kofi » recourt devant le TAF. Celui-ci, malgré les moyens de preuves pertinents déposés, considère que le recours est voué à l’échec et réclame 600 frs d’avance de frais. « Kofi » ne peut pas payer. Plus tard, ayant réussi à réunir de nouvelles preuves, il demande à l’ODM de reconsidérer son cas, et finit par obtenir l’asile.
Cas individuel — 24/08/2009

Déserteurs érythréens: réfugiés un jour, indésirables le lendemain

Mobilisée de force dans l’armée érythréenne, « Lidi » subit de graves sévices et finit par s’enfuir en Suisse. Mais l’ODM ordonne son renvoi. Après une jurisprudence de principe favorable aux déserteurs érythréens, l’ODM se ravise et lui accorde l’asile. Mais à l’avenir, le DFJP propose de modifier la loi afin d’exclure les déserteurs de la qualité de réfugié.