Trop vulnérable pour être renvoyée en Grèce selon le TAF 

Suisse, 16.04.2024 – Une jeune demandeuse d’asile dépose un recours auprès du TAF contre la décision de son renvoi vers la Grèce rendue par les autorités suisses au motif qu’elle y aurait reçu une protection (art. 31a LAsi).

Après délibération, le Tribunal reconnait  que le risque de détresse existentielle en cas de renvoi en Grèce est trop élevé, compte tenu de la vulnérabilité et du jeune âge de la recourante. Il considère que des investigations supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir prononcer un renvoi: il admet donc le recours et renvoie l’affaire au SEM pour nouvelle évaluation. 

Cette décision change de la pratique menée jusqu’alors, puisque les autorités suisses renvoyaient systématiquement les personnes vers la Grèce, quelles que soient les conditions de vies sur place, au mépris des droits humains.

Source: arrêt du TAF, «D-1756/2024», 16.04.2024.

Voir également: asile.ch, «La Grèce, un État tiers « sûr » pour la Suisse?», 21.02.2022 ; ODAE romand, «Une famille afghane NEM était tiers sûr vers la Grèce obtient néanmoins une admission provisoire», cas, 21.06.2023. 

Cas relatifs

Cas individuel — 13/02/2024

Décès d’un jeune demandeur d’asile: la responsabilité directe des autorités suisses

Cas 459 / 13.02.2024 Alam* arrive en Suisse à 17 ans et demande l’asile après avoir vécu des violences en Grèce où il a reçu protection. Les autorités suisses prononcent une non-entrée en matière et son renvoi, malgré des rapports médicaux attestant de la vulnérabilité d’Alam*. Celui-ci met fin à ses jours à la suite du rejet de son recours par le TAF.
Cas individuel — 22/12/2022

Débouté à deux reprises malgré des agressions homophobes attestées en Ukraine

Témoignage – Emir* quitte l’Ukraine en 2020 suite à des persécutions liées à son orientation sexuelle. En Suisse, sa demande d’asile est refusée par le SEM et son recours rejeté par le TAF. Il repart en Ukraine, où il subit de nouvelles violences. Revenu en Suisse, sa demande d’asile essuie le même refus des autorités.
Cas individuel — 15/12/2022

Homme trans ayant fui la Syrie, le SEM rejette sa demande d'asile au motif qu'il pourrait revenir à un rôle social féminin

Keyan*, homme trans syrien d’origine kurde, demande l’asile en Suisse en octobre 2015 en raison, notamment, de persécutions liées à son orientation sexuelle et son identité de genre. Sa requête est rejetée en février 2019 par le SEM qui estime qu’il pourrait revenir à un rôle social féminin après son retour en Syrie, notamment en dissimulant sa mastectomie effectuée en Suisse et en vivant secrètement ses relations amoureuses. Saisi par Keyan, le TAF casse la décision du SEM en juillet 2022 et ordonne que l’asile lui soit octroyé.