Révision de la LAsi: L’exclusion de l’aide sociale pour les requérants d’asile en attente d’une décision est-elle une mesure humaine?

En mai de cette année, la Commission des institutions politiques du Conseil National (CIP-N) a confié un mandat au Département fédéral de justice et police (DFJP) sur la possibilité d’exclure les requérants d’asile de l’aide sociale. Le DFJP a chargé l’Office fédéral des migrations (ODM) de se prononcer sur cette question. Le 23 mai 2012, l’ODM a rendu une expertise sommaire, dans laquelle il estime qu’une telle mesure serait conforme au droit international et constitutionnel et ne serait « pas chicanière ». Suite à cet avis, le Conseil national a approuvé une initiative parlementaire allant dans ce sens lors de sa session d’été 2012. Il revient maintenant au Conseil des États de se prononcer sur l’opportunité et la légitimité d’une telle mesure.

Or, comme le cas d’« Aimé » documenté par l’ODAE romand en témoigne, la mise à l’aide d’urgence de manière durable, couplée à une interdiction de travailler, entraîne une détresse pouvant détériorer la santé psychique de la personne concernée, ce qui semble injustifiable notamment lorsque le renvoi est impossible. Le Tribunal fédéral vient de rendre public un arrêt (2C_459/2011) qui établit que lorsqu’une situation de cette nature perdure, elle viole l’art. 8 CEDH qui protège la sphère privée de l’individu.

Au vu des dégâts provoqués chez les personnes dont la demande d’asile a été refusée, est-ce bien raisonnable de vouloir appliquer cette mesure également aux personnes en attente d’une décision?

Le pourcentage de personnes qui obtiennent une reconnaissance légale de leur besoin de protection en tant que réfugié est important. En 2011, 3’711 requérants ont obtenu l’asile et 911 une admission provisoire avec qualité de réfugié; soit un taux de reconnaissance de près de 40% pour les demandes que la Suisse s’est estimée compétente d’examiner au titre de l’accord de Dublin.

Peut-on dès lors affirmer, comme le fait l’ODM, que les priver indistinctement d’une aide sociale, dès le dépôt de leur demande, serait compatible avec la Convention relative au statut des réfugiés?

Sources : Note de l’ODM, Exclusion de l’aide sociale pour les personnes en procédure d’asile, 23 mai 2012 ; arrêt du Tribunal fédéral 2C_459/2011 du 26 avril 2012 ; ODM, Statistiques en matière d’asile, Aperçu par années, état du 31.05.2012.

Cas relatifs

Cas individuel — 01/05/2018

Non-respect des droits prévus par l’ALPC : le Tribunal ne suit pas le Service cantonal

Dans l’ALCP et la jurisprudence de la CJUE, il existe un droit pour les enfants de poursuivre leur scolarité dans le pays où ils résident. Ce droit est clairement défini et pourtant le SPoMi veut renvoyer en Espagne « Maíra » et ses 4 enfants, après 6 ans passés en Suisse.
Cas individuel — 29/08/2011

Une mère seule en Bosnie ne peut pas rejoindre ses enfants en Suisse

« Iljana » vit seule en Bosnie, alors que toute sa famille vit en Suisse. Son fils étant Suisse, elle demande une autorisation de séjour par regroupement familial, qui lui est refusée car elle devrait selon la LEtr disposer d’un permis de séjour valable dans un pays de l’ALCP. Si son fils avait été un citoyen de l'UE vivant en Suisse, cette demande aurait été acceptée...
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.
Cas individuel — 24/08/2009

Déserteurs érythréens: réfugiés un jour, indésirables le lendemain

Mobilisée de force dans l’armée érythréenne, « Lidi » subit de graves sévices et finit par s’enfuir en Suisse. Mais l’ODM ordonne son renvoi. Après une jurisprudence de principe favorable aux déserteurs érythréens, l’ODM se ravise et lui accorde l’asile. Mais à l’avenir, le DFJP propose de modifier la loi afin d’exclure les déserteurs de la qualité de réfugié.