Renvois massifs et illégaux entre la Croatie et la Bosnie-Herzégovine

Suisse, 07.04.2023 –Solidarité sans frontières (SOSF) dénonce des expulsions en masse illégales de personnes exilées, de la Croatie vers la Bosnie-Herzgovine, en violation du principe de non-refoulement. Selon un communiqué de l’association, le Border Monitoring Network a indiqué que près de 300 personnes auraient été renvoyées ces dernières semaines, par des unités mobiles de police croates. Les récits des personnes ayant vécu ces arrestations rapportent de la détention dans des cellules souterraines avec privation d’eau, de nourriture et pression pour signer des documents sans possibilité de les comprendre.

SOSF rappelle que ces pratiques de réadmission bilatérales ont déjà été jugées illégales par des cours nationales et s’inquiète de cette pratique opaque et massive. Une fois en Bosnie, les personnes en exil sont acheminées vers le camp de réfugié·exs de Lipa, qui avait brûlé en 2019 et dont le ministre bosnien des Réfugié·es et Personnes déplacées s’inquiète de la conformité avec les droits humains.

SOSF souligne que ces expulsions massives hors de l’Espace Schengen semblent s’intégrer parfaitement dans la pratique européenne visant à externaliser l’asile hors de ses frontières… L’organisation enjoint vivement la Suisse à cesser les expulsions au nom des accords Dublin vers la Croatie, pays où les droits des personnes migrantes sont bafoués (voir notre brève).

Source: Solidarité sans frontières, «Expulsions massives de la Croatie vers la Bosnie-Herzégovine», 07.04.2023. 

Voir également: ODAE romand, «La campagne Stop Dublin Croatie continue», brève, 07.02.2023 ; ODAE romand, «Alors que les renvois vers la Croatie sont toujours plus décriés, la Suisse procède à un autre vol spécial», 22.03.2023. 

Cas relatifs

Cas individuel — 26/04/2023

La culture du soupçon de la Suisse épinglée par le CAT

Stephen* a fui le Zimbabwe suite à des persécutions liées à ses activités politiques. Le SEM et le TAF mettent en doute la véracité des preuves fournies. Un arrêt du CAT sanctionne la Suisse pour sa culture du soupçon.
Cas individuel — 22/12/2022

Débouté à deux reprises malgré des agressions homophobes attestées en Ukraine

Témoignage – Emir* quitte l’Ukraine en 2020 suite à des persécutions liées à son orientation sexuelle. En Suisse, sa demande d’asile est refusée par le SEM et son recours rejeté par le TAF. Il repart en Ukraine, où il subit de nouvelles violences. Revenu en Suisse, sa demande d’asile essuie le même refus des autorités.
Cas individuel — 18/07/2022

Menacé de renvoi Dublin par la Suisse, il doit survivre dans la clandestinité

Franck* a fui son pays natal en raison de son orientation sexuelle. Arrivé en Suisse, il est frappé d’une décision de renvoi Dublin vers l’Italie et entre dans la clandestinité. Au cours de sa procédure d’asile, comme dans la clandestinité, Franck* est confronté à des conditions de vie difficiles.
Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.