Procédure accélérée pour les requérants d’asile en provenance d’Etats européens « sûrs »

L’Office fédéral des migrations (ODM) a annoncé qu’il traitera les demandes d’asile déposées par des ressortissants d’Etats européens considérés comme sûrs et exemptés de l’obligation de visa (Macédoine, Serbie et Bosnie-Herzégovine) sous 48 heures au centre d’enregistrement et de procédure (CEP) de Bâle.

Dans son communiqué de presse, l’ODM justifie cette mesure en précisant qu’entre le 1er janvier 2011 et le 31 juillet 2012, 4’593 ressortissants de ces pays ont déposé une demande d’asile en Suisse, et que seuls 20 d’entre eux ont été mis au bénéfice de l’asile, ce qui correspondrait à un taux de reconnaissance de la qualité de réfugié d’environ 0.5%.

Or, en 2011, l’ODM n’a traité que 1’607 demandes d’asile déposées par des ressortissants de ces trois pays. Parmi ces 1’607 cas, plus de 90 personnes ont bénéficié d’une protection, que ce soit par la reconnaissance du statut de réfugié ou sous la forme d’une admission provisoire. Ainsi, 10.9% des ressortissants provenant de Bosnie-Herzégovine, 1.8% de ceux provenant de Macédoine et 8.4% des requérants provenant de Serbie ayant vu leur demande traitée dans le courant de l’année 2011 ont été reconnus comme nécessitant une forme de protection.

Par conséquent, considérer que « ces requérants d’asile n’ont généralement pas besoin d’une protection contre la persécution au sens de la loi sur l’asile » justifiant une accélération de leur procédure ignore entièrement la question de l’exigibilité du renvoi, notamment pour raisons médicales graves, pouvant aboutir à une admission provisoire en Suisse (voir le cas de « Samila » documenté par l’ODAE romand, ainsi que les arrêts suivants : E-2513/2007, E-2620/2007, E-4910/2006 et E-7144/2008).

Concernant le droit à une procédure d’asile équitable, dans un communiqué, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) rend notamment attentif au fait que les mesures prises par l’ODM ne doivent pas remettre en cause le respect des garanties procédurales et le droit de chaque requérant d’accéder à une procédure d’asile ordinaire.

Sources :
ODM, communiqué de presse « Mesures particulières applicables aux requérants d’asile en provenance d’Etats européens sûrs », 21 août 2012
OSAR, communiqué de presse « Appliquer les mesures avec proportion », 21 août 2012

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 15/01/2013

Plus de 6 ans d'attente avant que le TAF statue sur son cas

Suite à sa demande d’asile, « Tadele » reçoit une décision de NEM en 2002 et voit sa demande de réexamen rejetée en 2005. Il recourt auprès du TAF qui mettra plus de quatre ans à réclamer un complément d’instruction et près de deux ans à statuer sur la licéité du renvoi en Ethiopie.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 29/07/2010

Plus d'un an et demi pour obtenir son droit au regroupement familial

« João », brésilien, veut rejoindre sa mère qui vit en Suisse avec sa conjointe espagnole. Selon l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP), il a droit au regroupement familial. Pourtant, les autorités vont mettre plus d’un an et demi à lui délivrer un permis.