Procédure accélérée pour les requérants d’asile en provenance d’Etats européens « sûrs »

L’Office fédéral des migrations (ODM) a annoncé qu’il traitera les demandes d’asile déposées par des ressortissants d’Etats européens considérés comme sûrs et exemptés de l’obligation de visa (Macédoine, Serbie et Bosnie-Herzégovine) sous 48 heures au centre d’enregistrement et de procédure (CEP) de Bâle.

Dans son communiqué de presse, l’ODM justifie cette mesure en précisant qu’entre le 1er janvier 2011 et le 31 juillet 2012, 4’593 ressortissants de ces pays ont déposé une demande d’asile en Suisse, et que seuls 20 d’entre eux ont été mis au bénéfice de l’asile, ce qui correspondrait à un taux de reconnaissance de la qualité de réfugié d’environ 0.5%.

Or, en 2011, l’ODM n’a traité que 1’607 demandes d’asile déposées par des ressortissants de ces trois pays. Parmi ces 1’607 cas, plus de 90 personnes ont bénéficié d’une protection, que ce soit par la reconnaissance du statut de réfugié ou sous la forme d’une admission provisoire. Ainsi, 10.9% des ressortissants provenant de Bosnie-Herzégovine, 1.8% de ceux provenant de Macédoine et 8.4% des requérants provenant de Serbie ayant vu leur demande traitée dans le courant de l’année 2011 ont été reconnus comme nécessitant une forme de protection.

Par conséquent, considérer que « ces requérants d’asile n’ont généralement pas besoin d’une protection contre la persécution au sens de la loi sur l’asile » justifiant une accélération de leur procédure ignore entièrement la question de l’exigibilité du renvoi, notamment pour raisons médicales graves, pouvant aboutir à une admission provisoire en Suisse (voir le cas de « Samila » documenté par l’ODAE romand, ainsi que les arrêts suivants : E-2513/2007, E-2620/2007, E-4910/2006 et E-7144/2008).

Concernant le droit à une procédure d’asile équitable, dans un communiqué, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) rend notamment attentif au fait que les mesures prises par l’ODM ne doivent pas remettre en cause le respect des garanties procédurales et le droit de chaque requérant d’accéder à une procédure d’asile ordinaire.

Sources :
ODM, communiqué de presse « Mesures particulières applicables aux requérants d’asile en provenance d’Etats européens sûrs », 21 août 2012
OSAR, communiqué de presse « Appliquer les mesures avec proportion », 21 août 2012

Cas relatifs

Cas individuel — 22/09/2016

Victime de torture, il frôle le renvoi à cause d’un mauvais établissement des faits

Victime de torture par les autorités tchétchènes, « Mourvan » vit caché pendant trois ans, avant de fuir avec sa famille lorsque divers indices lui font craindre qu’il a été repéré. Pourtant le SEM et leTAF estiment qu’il ne court aucun risque et rejettent sa demande d’asile. Il faudra une nouvelle expertise menée par une ONG pour que le SEM revienne sur sa décision.
Cas individuel — 23/04/2013

L'ODM renonce au transfert en France d'une adolescente victime de prostitution

« Ayala », ressortissante d’un pays d’Afrique de l’Ouest âgée de 15 ans, est victime d’un réseau de prostitution à son arrivée en France en 2010. Parvenant à s’enfuir, elle dépose une demande d’asile en Suisse. L’ODM, qui rend une première décision de NEM, décide finalement de renoncer au transfert et entame une procédure nationale.
Cas individuel — 24/08/2009

L’argent d’un requérant d’asile peut être confisqué

Un requérant d’asile doit toujours pouvoir prouver la provenance de l’argent qu’il a sur lui. Pour n’avoir pas pu le faire, « Aristide » s’est fait confisquer la somme qu’on lui avait prêtée. Saisi d’un recours, le TAF confirme la légalité de cette saisie.
Cas individuel — 24/08/2009

Une tentative de renvoi brutal à six semaines de l'accouchement

Le 27 août 2007, la police bernoise tente de renvoyer par la force la famille A., alors que madame en est à sa 34ème semaine de grossesse. Brutalement amenés devant l'avion, ils échappent au renvoi grâce à l’intervention du pilote, qui refuse de les embarquer.