Plus d’un an et demi d’attente pour une décision d’asile : le TAF admet un recours pour retard injustifié

Dans un arrêt du 15 décembre 2020 (E-5724/2020), le TAF a admis le recours pour retard injustifié d’une procédure d’asile étendue, déposé par un ressortissant turc.

Le requérant a déposé une demande d’asile le 2 avril 2019. Après une audition sur ses motifs d’asile en juin 2019, il est passé en procédure étendue, des mesures d’instruction complémentaires devant être menées (art. 26d LAsi). Le SEM a en effet demandé des informations sur le requérant à l’ambassade suisse à Ankara. Ces informations ont été obtenues en février 2020. Alors que l’article 37 al. 4 LAsi précise qu’une décision dans le cadre de la procédure étendue doit être rendue dans les deux mois après la fin des mesures d’instruction complémentaires, le SEM n’a donné aucune nouvelle durant 10 mois, malgré les diverses demandes du requérant. Le SEM a justifié ce retard par la situation liée au Covid-19 : afin d’éviter une surcharge des centres fédéraux, les nouvelles demandes d’asiles ont été traitées en priorité.

Dans son arrêt, le TAF rejette cet argument. Il estime que la demande d’asile du requérant n’a pas été traitée par le SEM avec la célérité nécessaire et conclut qu’il y a violation de l’article 29 al. 1 Cst. qui exige de traiter la cause dans un délai raisonnable.

Le SEM doit maintenant statuer au plus vite sur la demande d’asile du requérant qui n’a toujours pas reçu de décision. Pendant cette attente, la famille du requérant a subi des pressions de la part de la police, au point de devoir déménager, ce qui a gravement impacté la santé psychique du requérant.

Source : arrêt du TAF E-5724/2020 du 15 décembre 2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 11/05/2022

Après avoir subi des persécutions LGBTIQphobes dans son pays, il doit survivre en Suisse

Témoignage. Franklin* demande l’asile en Suisse au motif de nombreuses persécutions LGBTIQphobes subies dans son pays d’origine. Son parcours pour obtenir l’asile en Suisse est émaillé d’attaques homophobes dans ses lieux de vie.
Cas individuel — 03/05/2022

Il se bat neuf ans pour obtenir la reconnaissance de ses motifs d’asile

Un jeune homme victime de persécutions est menacé de renvoi dans son pays d’origine malgré les risques encourus, puisque l’homosexualité est pénalement réprimée au Togo. Il lui faudra attendre 9 ans et entreprendre deux recours au TAF pour que le SEM admette provisoirement sa présence en Suisse.
Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.