« Paroles en exil », témoignages percutants

« La guerre s’est terminée en 2000 et nous aurions dû rentrer chez nous. Mais ils avaient un autre agenda. C’est à ce moment que les menaces et les tortures sont apparues pour nous dissuader de quitter l’armée. Avec ce service militaire devenu illimité, il y avait de nouveaux projets pour nous. (…) Nous étions les esclaves d’un groupe militaire aux commandes du pays, pour leur profit et leur plaisir. Nous avons sacrifié notre liberté en échange d’argent de poche. Eux, ils ont terrifié les gens par leurs méthodes et les ont déchirés à l’intérieur comme à l’extérieur de l’armée. »*

Bereket et Simon ont fui le service militaire de leur pays, l’Érythrée, pour demander l’asile en Suisse. Dans un petit livre, le collectif Sans Retour leur donne la parole : « une parole d’exilé∙e∙s, une parole en lutte, une parole si peu donnée à celles et ceux les mieux placé∙e∙s pour raconter leurs vies et décrire les mécanismes d’oppression à l’œuvre », explique le collectif. Bereket et Simon nous livrent leurs histoires et racontent étape après étape toutes les épreuves endurées, en quête d’asile. Après un parcours d’exil effroyable, une déception commune : celle de ne pas se voir reconnaître le statut de réfugié en Suisse.

« Je ne sais pas si aujourd’hui j’ai atteint la limite de mon espoir, ou si mon espoir décline, car cette liberté que je m’attendais à trouver, cette possibilité de vivre comme n’importe qui m’échappe. »*

Source : collectif Sans Retour, « Paroles en exil », octobre 2019.

*Extraits du témoignage de Simon

Cas relatifs

Cas individuel — 19/09/2018

Le SEM met en doute le récit et prononce le renvoi d’un Érythréen de 19 ans

Arrivé comme MNA, « Bereket » est entendu sur ses motifs d’asile deux ans après avoir déposé sa demande. Pour le SEM, ses propos manquent de détails et de consistance. Le SEM qualifie son récit d’invraisemblable, lui refuse l’asile et prononce son renvoi vers l’Erythrée.
Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.