O., homosexuel persécuté au Nigéria, risque le renvoi dans son pays

Les personnes persécutées dans leur pays en raison de leur orientation sexuelle peinent encore à obtenir la protection de la Suisse. Le cas de O., Nigérian homosexuel risquant le renvoi, a mobilisé le soutien de plusieurs associations (Pinkcross, Sarigai, le CCSI/SOS Racisme, l’OMCT et Queeramnesty). Dans un communiqué du 14 avril 2014, elles rappellent qu’au Nigéria, l’homosexualité est un crime puni de peines pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison. O. est arrivé en Suisse en 2010 avec son compagnon pour demander l’asile, après avoir été condamné à mort par la population de son village. Mais les autorités suisses considèrent qu’il n’y a pas de preuve de la véridicité de son histoire, et que d’autre part O. peut rentrer dans son pays et y dissimuler son homosexualité.

D’après les signataires du communiqué, la Suisse accorde l’asile uniquement aux personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenre et intersexe) qui ont déjà été victimes d’une persécution et qui arrivent à en apporter la preuve, estimant que les autres peuvent être renvoyées et vivre leur sexualité de façon cachée. Une position contraire à la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a estimé dans son arrêt du 7 novembre 2013 qu’il n’est pas possible d’exiger d’un demandeur d’asile qu’il dissimule une caractéristique aussi fondamentale pour l’identité personnelle que l’orientation sexuelle (voir notre brève du 14.11.2013).

O. se trouve actuellement en détention à Berne pour séjour illégal, suite à quoi il risque d’être renvoyé dans son pays. Une pétition et des manifestations demandant sa libération ont été organisées.

> à ce sujet, voir également le cas du Camerounais « Alain »

Sources :
Pinkcross, Sarigai, CCSI/SOS Racisme, OMCT et Queeramnesty, Communiqué de presse, 14 avril 2014
Blog « Liberty for O. »
Arrêt de la CJUE du 7 novembre 2013

Cas relatifs

Cas individuel — 28/04/2010

Pas d’asile pour une victime de viols menacée de crime d’honneur

Déjà répudiée par sa famille, « Lulia », jeune femme kosovare, est encore victime de séquestration et de viols de la part de son employeur. Son père menace de la tuer, mais l’ODM et le TAF n’y voient qu’un litige privé qui ne saurait conduire à l’octroi de l’asile.
Cas individuel — 23/03/2010

30 jours pour faire recours : un délai à peine suffisant
qui risque d’être raccourci

« Jabari », détenu et torturé en Somalie, voit sa demande d’asile être refusée par l’ODM pour des motifs douteux. Après de minutieuses démarches menées en tout juste 30 jours, il arrive à prouver dans un recours que sa qualité de réfugié est indiscutable, amenant l’ODM à revenir sur sa décision. Mais le DFJP entend désormais raccourcir le délai de recours à 15 jours.
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?