Marié à un homme en Europe, il doit d’abord retourner en Libye pour pouvoir demander le regroupement familial

L’arrêt M.E. c. Suède de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CourEDH) vient étoffer la jurisprudence sur les persécutions liées à l’orientation sexuelle. La Cour a jugé qu’il n’était pas disproportionné de demander à un homosexuel de dissimuler son orientation sexuelle pendant quelques mois, en attendant d’obtenir le regroupement familial dans un pays où l’homosexualité est sanctionnée pénalement.

Le cas concerne un requérant d’asile libyen qui, après avoir demandé l’asile pour des motifs politiques, s’est marié avec un homme en Suède. Selon la législation suédoise, une personne se trouvant sans statut légal en Suède qui se marie à une personne ayant un droit de séjour doit être renvoyée dans son pays pour y introduire ensuite une demande de regroupement familial. Sa demande d’asile ayant été rejetée, le requérant devait donc rentrer en Libye pour effectuer cette démarche, bien qu’il ait fait valoir que, étant homosexuel, il courait des risques dans ce cas de figure. La CourEDH a estimé que le requérant pouvait raisonnablement rester discret sur son orientation sexuelle dans son pays pendant quelques mois, en attendant la décision sur son droit de séjour en Suède, sans que cela constitue une violation des articles 3 et 8 CEDH (mauvais traitements et respect de la vie privée et familiale).

Dans cette affaire, ILGA-Europe (International lesbian, gay, bisexual, trans and intersex association), la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme et la Commission internationale des juristes avaient soumis des rapports indépendants à la CourEDH, argumentant que demander à un homosexuel de dissimuler son orientation sexuelle pour éviter une persécution est une violation de ses droits fondamentaux, même si cela concerne seulement une période limitée. L’opinion dissidente de la juge Power-Forde va dans le même sens.

Source : CourEDH, arrêt M.E. c. Suède, 26 juin 2014.

Cas relatifs

Cas individuel — 27/05/2016

Un père arraché à son épouse enceinte et ses enfants

« Awat » habitait à Genève avec son épouse « Mariame » enceinte de trois mois, et leurs deux filles, « Melete » et « Awatif ». Enfin réunie après un long périple et un exil forcé, cette famille se voit à nouveau séparée, cette fois par les autorités suisses : le père est renvoyé en Italie. Le Tribunal ne retient ni son droit à la vie familiale, ni l’intérêt supérieur de ses enfants à grandir auprès de leur père.
Cas individuel — 03/01/2013

L'ODM nie la jurisprudence fédérale et renvoie un enfant ressortissant européen

Mariée à un ressortissant français depuis 2005, « Ivana » s’installe en Suisse et y occupe divers emplois. Après le prononcé de son divorce et malgré son indépendance financière, elle se voit refuser le regroupement familial qui découle du droit de séjour de son fils, ressortissant communautaire. Dans son argumentaire, l’ODM nie l’évolution de la jurisprudence du TF.
Cas individuel — 29/10/2012

Un père de famille est renvoyé malgré les
lourds problèmes de santé de sa fille

La Suisse refuse de renouveler le permis d’« Aboubacar », coupable d’une infraction à la LStup en 2006, malgré l'importance de sa présence pour sa famille et notamment sa fille, née grande prématurée, qui a besoin de soins assidus. Une requête a été introduite à la CourEDH.
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.