Le tribunal demande le transfert de détenus hors de la prison de Favra

Genève, 20.04.2023 – Le 18 avril dernier, le TAPI a auditionné deux détenus du Centre de détention administrative de Favra afin d’établir la possibilité de leur remise en liberté. Ces auditions ont eu lieu après que le suicide d’un détenu menacé de renvoi Dublin vers l’Autriche a révélé les conditions de vie insalubres régnant à Favra.

Durant leur audition, les détenus ont rapporté des fouilles à nu régulières, des mises en isolement dévêtus, de la saleté, une absence d’intimité dans les douches, etc. Des conditions qui contreviennent à l’interdiction de la torture inscrite dans la Convention européenne des droits de l’homme. Le Conseil d’Etat ayant refusé de fermer la prison, la justice a été saisie. Deux jours après les auditions, le TAPI a reconnu la justesse des critiques envers Favra et exigé la libération de la dizaine de personnes qui y étaient alors détenues.

Sources: le Courrier, «Fermeture de la prison de Favra exigée», 11.04.2023 ; le Courrier, «« Ensemble, nous allons fermer Favra »», 18.04.2023 ; Tribune de Genève, «« Sans conditions de détention décentes, pas de détention »», 18.04.2023 ; le Temps, «Enfermement administratif indigne à Genève: les deux détenus de Favra devront être transférés ou libérés», 20.04.2023 ; le Courrier, «Une brèche ouverte à Favra», 20.04.2023 ; le Courrier, «Six détenus transférés de Favra à Frambois», 25.04.2023.

Voir également: Association des juristes progressistes, «Demande de fermeture immédiate de Favra», 10.04.2023.

Cas relatifs

Cas individuel — 25/04/2022

Une femme trans* subit des persécutions LGBTIQphobes en Suisse

Témoignage. Une femme trans* obtient l’asile en Suisse au motif de nombreuses persécutions LGBTIQphobes subies dans son pays d’origine. Son parcours pour obtenir l’asile en Suisse est émaillé de discriminations dans sa prise en charge et d’agressions transphobes dans ses lieux de vie.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 24/08/2009

L’argent d’un requérant d’asile peut être confisqué

Un requérant d’asile doit toujours pouvoir prouver la provenance de l’argent qu’il a sur lui. Pour n’avoir pas pu le faire, « Aristide » s’est fait confisquer la somme qu’on lui avait prêtée. Saisi d’un recours, le TAF confirme la légalité de cette saisie.
Cas individuel — 24/08/2009

Une tentative de renvoi brutal à six semaines de l'accouchement

Le 27 août 2007, la police bernoise tente de renvoyer par la force la famille A., alors que madame en est à sa 34ème semaine de grossesse. Brutalement amenés devant l'avion, ils échappent au renvoi grâce à l’intervention du pilote, qui refuse de les embarquer.