Le Tribunal cantonal vaudois met fin à un cercle vicieux de
précarisation des personnes admises à titre provisoire

Une ressortissante congolaise ayant demandé l’asile en Suisse en 2002 a été mise au bénéfice d’une admission provisoire (permis F). Elle a perçu pendant quelques années une aide sociale de l’EVAM, ayant seule la charge d’élever ses quatre enfants. Lorsqu’elle a trouvé un emploi, elle a fait une demande de sortie de l’aide sociale, laquelle lui a été octroyée par l’EVAM en avril 2009.

Estimant pouvoir à ce moment-là bénéficier d’une réduction des primes d’assurance maladie selon l’art. 65 LAmal et l’art. 82a al. 7 LAsi, elle a déposé une demande en ce sens en mai 2009. Mais celle-ci lui a été refusée, car elle était encore couverte par le contrat d’assurance contracté par l’EVAM en son nom. Ceci a été assimilé par l’Agence d’assurances sociales comme une forme de dépendance à l’aide sociale, ce qui exclut le droit à un tel subside. En effet, au titre de l’art. 11 du Règlement d’application de la Loi vaudoise sur l’aide aux requérants d’asile (RLARA), c’est seulement après six mois d’autonomie financière qu’une personne ayant bénéficié de l’aide sociale pour requérants d’asile peut disposer librement du droit de choisir son assurance maladie. Ceci afin d’éviter des allers-retours entre une situation d’assistance et celle d’autonomie et les changements d’affiliation à une assurance maladie qui s’ensuivraient.

Devant se prononcer sur le droit de la ressortissante congolaise à une réduction de prime d’assurance maladie, le Tribunal cantonal vaudois a estimé que c’était dès le moment qu’elle ne bénéficiait plus de l’aide sociale qu’elle pouvait prétendre à une telle subvention. La faire attendre six mois, pendant lesquels elle devrait s’acquitter seule de près de 1’000 frs mensuels de primes d’assurance maladie (montants fixés à l’art. 10 RLARA) pour elle-même et pour ses quatre enfants, était disproportionné. En effet, selon le Tribunal, il s’agit d’un montant « conséquent pour une personne qui tente précisément d’acquérir ou qui a acquis récemment son autonomie financière ». Une telle exigence « conduirait à entraver sérieusement » son autonomie.

Les juges vaudois ont mis ainsi fin à un cercle vicieux de précarisation à l’égard des personnes au bénéfice de l’admission provisoire, consacré dans un règlement cantonal. Reste maintenant au gouvernement vaudois la tâche de modifier le règlement dans le sens du respect du droit fédéral aux subsides.

Source : Cour des assurances sociales du Tribunal cantonal vaudois, arrêt du 2 mai 2013, LAVAM 25/09 – 2/13.

Cas relatifs

Cas individuel — 11/12/2016

Atteint du VIH, il pourrait obtenir un permis de séjour, on lui propose un statut précaire

Atteint du VIH et soumis à un traitement spécifique, « Sinh » se voit à plusieurs reprises refuser un permis pour cas de rigueur par le SPoMi, qui estime que les soins seront accessibles au Vietnam « selon toute probabilité ». Le Tribunal cantonal casse la décision, critiquant la légèreté de l’investigation du SPoMi. Alors que « Sinh » semble remplir les conditions d'octroi d’un permis de séjour, le canton opte pour une admission provisoire.
Cas individuel — 03/07/2013

Après 20 ans en Suisse, « Houria » se voit réattribuer un statut précaire

« Houria » et sa fille mineure voient leur permis B remplacé, après dix années, par une admission provisoire. Le Tribunal cantonal vaudois, qui reconnaît les efforts d’« Houria » pour trouver un emploi, estime néanmoins que sa détresse psychologique et l’incapacité totale de travailler qui en résulte ne justifient pas sa dépendance à l’aide sociale.
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?
Cas individuel — 24/08/2009

La législation l'empêche de revoir sa sœur, après 12 ans d’exil

Admise provisoirement depuis 1995, "Danica" se voit refuser le visa de retour dont elle a besoin pour quitter la Suisse et y revenir. Elle voulait revoir sa sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de 10 ans, mais la législation, durcie en 2004, ne le permet pas.