Le TAF demande à ce qu’un renvoi Dublin soit réexaminé
sous l’angle de la clause de souveraineté

Deux requérants d’asile d’origine érythréenne, fiancés, arrivent en Suisse en décembre 2008. Ils déposent des demandes d’asile. En vertu de l’Accord de Dublin, celles-ci sont frappées de non-entrée en matière (NEM) et leur transfert vers l’Italie est ordonné. Le jeune homme est renvoyé, mais revient en Suisse pour rejoindre sa fiancée, dont la décision initiale a été annulée (le délai de transfert n’avait pas été respecté). Lui sera renvoyé et reviendra à trois reprises. Il recourt au TAF pour faire réviser l’arrêt datant du 27 juillet 2010, lequel prévoit un nouveau renvoi Dublin vers l’Italie. Dans l’examen du recours, le TAF reconnaît avoir établi à tort que la procédure d’asile de la fiancée était définitivement close, puisque l’ODM avait annulé sa décision de NEM. Or, sans cette erreur, l’ODM aurait pu appliquer la clause de souveraineté de l’art. 3 § 2 du règlement Dublin. En effet, la séparation d’avec sa fiancée enceinte souffrant de troubles psychiques pourrait constituer une violation de l’art. 8 CEDH, voire de l’art. 3 CEDH. De même, le recourant aurait pu invoquer des raisons humanitaires au sens de l’art. 29a al.3 OA1. Par décision du 9 septembre 2010, le TAF annule son arrêt du 27 juillet 2010 et renvoie la cause à l’ODM, lequel est appelé à statuer sur l’application de la clause de souveraineté.

Cet arrêt du 9 septembre 2010 prend en compte la jurisprudence de la CEDH (arrêts Mengesha Kimfe c. Suisse et Agraw c. Suisse), laquelle requiert d’éviter le risque que les membres d’une même famille ne puissent développer leur vie familiale protégée par l’art. 8 CEDH.

Source : arrêt E-5989/2010/wan du 9 septembre 2010

Cas relatifs

Cas individuel — 27/05/2016

Un père arraché à son épouse enceinte et ses enfants

« Awat » habitait à Genève avec son épouse « Mariame » enceinte de trois mois, et leurs deux filles, « Melete » et « Awatif ». Enfin réunie après un long périple et un exil forcé, cette famille se voit à nouveau séparée, cette fois par les autorités suisses : le père est renvoyé en Italie. Le Tribunal ne retient ni son droit à la vie familiale, ni l’intérêt supérieur de ses enfants à grandir auprès de leur père.
Cas individuel — 13/01/2015

Admis « provisoirement » depuis 12 ans il ne peut pas voir sa famille en Allemagne

Titulaire d’un permis F depuis 12 ans, « Seyoum » demande un « visa de retour », document officiel nécessaire pour rendre visite à sa famille en Allemagne et revenir en Suisse. L’ODM refuse au motif qu’il dépend de l’aide sociale. « Seyoum » est comme enfermé en Suisse.
Cas individuel — 10/04/2014

Il doit aller jusqu’au TF pour pouvoir élever sa fille suissesse

« Jalil » et sa femme suissesse se séparent après 6 années de relation dont 1 an de mariage. Malgré la très étroite relation qu’il conserve avec leur fille âgée de 6 ans et sa bonne intégration, il devra faire recours jusqu’au TF pour obtenir la prolongation de son permis de séjour.
Cas individuel — 29/10/2012

Un père de famille est renvoyé malgré les
lourds problèmes de santé de sa fille

La Suisse refuse de renouveler le permis d’« Aboubacar », coupable d’une infraction à la LStup en 2006, malgré l'importance de sa présence pour sa famille et notamment sa fille, née grande prématurée, qui a besoin de soins assidus. Une requête a été introduite à la CourEDH.