La fouille des téléphones portables des requérant·e·s d’asile contestée

Le SEM pourrait à l’avenir fouiller les téléphones portables et autres supports de données électroniques détenus par les personnes en demande d’asile, en vue d’établir leur identité et leur origine. C’est ce que propose  un avant-projet de révision de la loi sur l’asile, mis en consultation par la Commission des institutions politiques du Conseil national, suite une initiative parlementaire de l’UDC Gregor Rutz.

Plusieurs organisations ont pris position contre cet avant-projet. Parmi elles, les CSP, l’OSAR, le HCR ou encore l’Ordre des avocats de Genève. Elles rappellent que la mesure entraîne une atteinte importante au droit à la vie privée, protégée par le droit international (art. 8 CEDH) et la constitution (art. 13 Cst), qui ne peut être autorisée que dans des conditions strictes. L’exemple de l’Allemagne, mis en avant également dans une analyse de Vivre Ensemble, montre que la mesure ne permet pas d’atteindre le but visé, à savoir l’établissement de l’identité des personnes. En effet, l’expérience allemande a montré que moins de la moitié des données consultées étaient utilisables et que dans 2% des cas seulement, elles avaient permis d’établir l’identité. De plus, selon ces prises de position, la mesure ne répond pas à une nécessité, le SEM disposant d’autres moyens pour établir les faits. Pour ces raisons et au vu de la nature extrêmement intrusive de la mesure, les organisations considèrent que l’avant-projet ne respecte pas le principe de proportionnalité. Elles ajoutent que le fait de donner accès à ses données personnelles à une autorité doit faire l’objet d’un consentement libre et éclairé, ce qui n’est pas le cas dans ce projet, puisque les requérant·e·s d’asile sont contraint·e·s de collaborer sous peine de voir leur demande d’asile rejetée. Enfin, elles rappellent que dans les procédures pénales, la fouille des téléphones portables est réglementée de manière stricte, doit être établie par écrit et soumise au contrôle judiciaire, ce qui n’est pas prévu pour les requérant·e·s d’asile. Cela constituerait une pratique discriminatoire.

Sources : CIP-N, « Iv. Pa. Obligation de collaborer à la procédure d’asile. Possibilité́ de contrôler les téléphones mobiles : avant-projet et rapport explicatif de la Commission des institutions politiques du Conseil national », 14 février 2020 ;  CSP, « Prise de position des Centres sociaux protestants relative à l’avant-projet “Obligation de collaborer à la procédure d’asile. Possibilité́ de contrôler les téléphones mobiles” », 4 juin 2020 ; HCR, « Contrôle des téléphones mobiles des requérants d’asile : le HCR estime que le droit à la vie privée est menacé », 4 juin 2020 ; OSAR, « Une atteinte disproportionnée à la vie privée des personnes en quête de protection », 2 juin 2020 ; Orphée Mouthuy et Sophie Malka, « Fouiller les téléphones portables des demandeurs d’asile ? Contestable, inefficace et forcément coûteux », asile.ch, 27 février 2020 (modifié le 5 mai 2020).

Cas relatifs

Cas individuel — 09/09/2020

Réunification familiale depuis la Grèce : le SEM fait preuve d’une rigidité excessive au détriment de l’intérêt supérieur de l’enfant

La famille de Rachid*, admis provisoirement en Suisse depuis 2018, tente de le rejoindre depuis le camp de Moria, en vertu du regroupement familial dans le cadre des accords de Dublin. Malgré les demandes répétées d’accélération de la procédure de la part de la mandataire en Suisse et des avocates en Grèce, le SEM applique la procédure de manière tracassière, puis finit par capituler.
Cas individuel — 16/09/2013

Deux longues années avant d'être entendu sur ses motifs d'asile

« Farzan » est détenu et torturé en Iran à cause de son engagement politique. Il fuit et demande l’asile en Suisse en 2011. Il doit alors attendre deux ans avant d'être auditionné par l'ODM sur ses motifs d'asile, malgré de nombreuses relances. Sans décision, il vit avec un statut précaire, dans des conditions difficiles et une incertitude insoutenable.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.
Cas individuel — 21/04/2011

Il obtient l'asile après avoir frôlé le renvoi
faute de pouvoir payer une avance de frais

Après le refus de sa demande d’asile par l'ODM en 2010, « Kofi » recourt devant le TAF. Celui-ci, malgré les moyens de preuves pertinents déposés, considère que le recours est voué à l’échec et réclame 600 frs d’avance de frais. « Kofi » ne peut pas payer. Plus tard, ayant réussi à réunir de nouvelles preuves, il demande à l’ODM de reconsidérer son cas, et finit par obtenir l’asile.