La détention d’une Somalienne à Malte jugée
illégale et dégradante par la CourEDH

La CourEDH vient de condamner Malte pour avoir détenu illégalement et dans des conditions dégradantes une Somalienne cherchant refuge en Europe. Selon la Cour, la détention en elle-même n’était pas justifiée car, suite au rejet de la demande d’asile de Mme Ahmed, aucune démarche en vue de son renvoi n’était en cours (art. 5§1 CEDH). De plus, comme dans d’autres cas (cf. affaires Suso Musa et Louled Massoud), les juges européens constatent que le pays n’offre aucun recours effectif aux migrants afin de s’opposer à leur détention administrative (art. 5§4 CEDH). Plus important encore, la Cour conclut pour la première fois en une violation de l’art. 3 CEDH (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) en lien avec la détention administrative à Malte. Pendant 14 mois et demi Mme Ahmed a été détenue dans une cellule avec une vingtaine d’autres personnes, privée pendant 3 mois d’accès à de l’air frais et à toute sorte d’exercice physique, exposée au froid en hiver, soumise à un régime alimentaire non équilibré et surveillée par des gardiens de sexe masculin. Ces éléments, conjugués avec sa fragilité sur les plans médical et émotionnel – elle souffrait à la fois d’insomnies, d’épisodes de dépression et de douleurs, d’une fausse couche subie en 2011 ainsi que du fait d’être séparée de son jeune enfant –, ont constitué un traitement dégradant à son égard. La situation particulière de Mme Ahmed avait pourtant été évoquée devant les autorités nationales pour s’opposer à sa détention, mais cet argument a été rejeté par celles-ci.

Sur les 33 transferts Dublin à Malte effectués par la Suisse en 2012 (cf. statistiques ODM), combien concernaient une personne vulnérable ne pouvant y échapper à une détention administrative dans de telles conditions? Voir à cet égard les cas d’« Alja et Ahmed » ainsi que de « Bilal ».

Sources : CourEDH, affaire Aden Ahmed c. Malte, requête n° 55352/12, arrêt du 23 juillet 2013 (en anglais); CEDH 231 (2013)– Communiqué de presse, 23 juillet 2013.

Cas relatifs

Cas individuel — 01/05/2018

Non-respect des droits prévus par l’ALPC : le Tribunal ne suit pas le Service cantonal

Dans l’ALCP et la jurisprudence de la CJUE, il existe un droit pour les enfants de poursuivre leur scolarité dans le pays où ils résident. Ce droit est clairement défini et pourtant le SPoMi veut renvoyer en Espagne « Maíra » et ses 4 enfants, après 6 ans passés en Suisse.
Cas individuel — 29/08/2011

Une mère seule en Bosnie ne peut pas rejoindre ses enfants en Suisse

« Iljana » vit seule en Bosnie, alors que toute sa famille vit en Suisse. Son fils étant Suisse, elle demande une autorisation de séjour par regroupement familial, qui lui est refusée car elle devrait selon la LEtr disposer d’un permis de séjour valable dans un pays de l’ALCP. Si son fils avait été un citoyen de l'UE vivant en Suisse, cette demande aurait été acceptée...
Cas individuel — 24/08/2009

Renvoyé de force au moment où il allait se marier

Abdoulaye, dont la demande d’asile a été rejetée, vit avec sa compagne suisse avec laquelle il a eu un enfant. Alors que des démarches de reconnaissance de l’enfant et de mariage sont en cours, Abdoulaye est arrêté, mis en détention, et renvoyé par vol spécial en Guinée.
Cas individuel — 24/08/2009

Déserteurs érythréens: réfugiés un jour, indésirables le lendemain

Mobilisée de force dans l’armée érythréenne, « Lidi » subit de graves sévices et finit par s’enfuir en Suisse. Mais l’ODM ordonne son renvoi. Après une jurisprudence de principe favorable aux déserteurs érythréens, l’ODM se ravise et lui accorde l’asile. Mais à l’avenir, le DFJP propose de modifier la loi afin d’exclure les déserteurs de la qualité de réfugié.