La Cour européenne des droits de l’Homme empêche le renvoi d’un ressortissant afghan converti au christianisme

Le SEM avait rejeté la demande d’asile d’un ressortissant afghan, jugeant que sa conversion au christianisme n’était pas crédible. Amené à se prononcer sur un recours, le TAF a reconnu dans son arrêt que la conversion du jeune afghan était crédible et sincère, mais a rejeté sa demande d’asile et prononcé le renvoi vers Kaboul, estimant qu’il pourrait trouver refuge dans cette ville chez des oncles qui ignorent tout de sa conversion.

Aidé par l’association SOS Ticino à Lugano,  le jeune afghan a saisi la CourEDH. Celle-ci a déclaré à l’unanimité qu’il y aurait une violation de l’art. 3 CEDH en cas de renvoi du requérant vers l’Afghanistan.

Dans son arrêt, la CourEDH reproche au TAF de n’avoir pas suffisamment investigué au sujet de la manière dont le requérant vivait sa foi en Suisse et pourrait continuer à la vivre en Afghanistan, en particulier à Kaboul où il n’a jamais vécu (§ 54 et 55). Au vu de la situation des apostats en Afghanistan, le requérant «serait à son retour contraint de modifier son comportement social de manière à cantonner sa nouvelle foi dans le domaine strictement privé. (…) Le Tribunal administratif fédéral suisse, dans un jugement de référence publié quelques mois seulement après l’arrêt rendu dans la présente affaire, a d’ailleurs lui-même concédé que la dissimulation et la négation quotidiennes de convictions intimes dans le contexte de la société afghane conservatrice pouvaient, dans certains cas, être qualifiées de pression psychique insupportable (…). Cela étant, le Tribunal ne pouvait, sans préalablement chercher à savoir comment le requérant allait pratiquer sa nouvelle religion en Afghanistan, exiger de lui qu’il se contente de cacher ses croyances à Kaboul, étant souligné encore une fois que ses oncles censés l’accueillir ne seraient pas au courant de son apostasie» (§ 55).

Sources : Arrêt du TAF D-2035/2017 du 21 octobre 2016 ; CourEDH, affaire A.A. c. Suisse n° 32218/17 du 5 novembre 2019 ; Arrêt du TAF D-4952/2014 du 23 août 2017.

Cas relatifs

Cas individuel — 21/04/2011

Il obtient l'asile après avoir frôlé le renvoi
faute de pouvoir payer une avance de frais

Après le refus de sa demande d’asile par l'ODM en 2010, « Kofi » recourt devant le TAF. Celui-ci, malgré les moyens de preuves pertinents déposés, considère que le recours est voué à l’échec et réclame 600 frs d’avance de frais. « Kofi » ne peut pas payer. Plus tard, ayant réussi à réunir de nouvelles preuves, il demande à l’ODM de reconsidérer son cas, et finit par obtenir l’asile.
Cas individuel — 24/08/2009

9 ans de procédure pour faire reconnaître les persécutions subies

« Sarah », victime d’atroces persécutions, voit sa demande d’asile être frappée de non-entrée en matière parce qu’elle n’a pas de papiers d’identité. Il faudra 3 recours et 3 demandes de réexamen pour que le TAF lui accorde finalement l’asile. Après presque 10 ans de procédure.
Cas individuel — 24/08/2009

Déserteurs érythréens: réfugiés un jour, indésirables le lendemain

Mobilisée de force dans l’armée érythréenne, « Lidi » subit de graves sévices et finit par s’enfuir en Suisse. Mais l’ODM ordonne son renvoi. Après une jurisprudence de principe favorable aux déserteurs érythréens, l’ODM se ravise et lui accorde l’asile. Mais à l’avenir, le DFJP propose de modifier la loi afin d’exclure les déserteurs de la qualité de réfugié.