Genève rouvre des bunkers pour loger les personnes dans l’asile

Genève, décembre 2023 – Fin 2023, un nouvel abri de protection civile à destination des personnes demandant l’asile ouvrira à Thônex. Un second est prévu à Plan-les-Ouates dès mars 2024. Depuis 2015 et la lutte « No bunkers » qui avait agité Genève (voir notre brève), le «logement» sous terre de personnes dans l’asile avait cessé. Aujourd’hui, la donne est un peu différente car il s’agit de Centres fédéraux d’asile (CFA) miniatures.

L’organisation des bunkers dépend du SEM et pas de l’Hospice général. Comme pour les autres CFA, le SEM délègue la tâche de gestion à une entreprise privée (ORS) qui organise tout dans l’abri PC: de la sécurité à l’infirmerie en passant par l’animation. Les personnes placées dans ces abris PC sont très récemment arrivées en Suisse: ils (il ne devrait y avoir que des hommes) y sont logés dans les 140 premiers jours qui suivent le dépôt de leur demande d’asile, avant d’être attribués à un canton. Comment imaginer qu’ils puissent critiquer cet indigne hébergement alors que leur arrivée est si récente?

Les conditions de vie de ces bunkers sont similaires à d’autres CFA, bien que ceux-ci n’ont ni fenêtres, ni cuisines: horaires de sorties restreints de 9h à 19h, fouilles corporelles systématiques à l’entrée par des Securitas, interdiction de certains aliments et objets, etc. Les associations de défense du droit d’asile se sont déjà dites horrifiées d’apprendre la réouverture de ces bunkers.

Sources: le Courrier, «Deux centres d’accueil pour requérants d’asile vont ouvrir à Genève», 28.10.23 ; RTS, «De nouveaux lieux vont ouvrir pour héberger les réfugiés en nombre record», 29.10.2023 ; 20minutes, «Requérants d’asile logés sous terre: un accueil jugé indigne», 29.10.2023 ; Tribune de Genève, «Des abris PC à nouveau réquisitionnés pour loger les requérants», 07.12.2023 ; la Côte, «Asile: un centre fédéral d’accueil d’urgence ouvre ses portes à Genève», 12.01.2024 ; asile.ch, «Des requérant·es d’asile à nouveau logé·es dans des abris PC à Genève», 16.01.2024. 

Voir également: ODAE romand, «Des requérants d’asile se mobilisent pour dénoncer leurs conditions de vie souterraine à Genève», brève, 28.01.2015 ; asile.ch, «humanrights.ch | Abris PC: les «bunkers» sont-ils conformes à la dignité humaine?», 10.11.2015. 

Cas relatifs

Cas individuel — 13/02/2024

Décès d’un jeune demandeur d’asile: la responsabilité directe des autorités suisses

Cas 459 / 13.02.2024 Alam* arrive en Suisse à 17 ans et demande l’asile après avoir vécu des violences en Grèce où il a reçu protection. Les autorités suisses prononcent une non-entrée en matière et son renvoi, malgré des rapports médicaux attestant de la vulnérabilité d’Alam*. Celui-ci met fin à ses jours à la suite du rejet de son recours par le TAF.
Cas individuel — 25/01/2024

Javier* et Lilian*, expulsé·es suite à un accident de travail sur un chantier

Cas 455 Victime d’un accident de travail, Javier* est reconnu invalide par l’AI. Les autorités ordonnent cependant son renvoi de Suisse ainsi que celui de son épouse. Elles ne lui reconnaissent pas le droit de demeurer en Suisse, considérant qu’il n’avait pas la qualité de travailleur au moment de son accident puisqu’il ne totalisait pas une année de travail en Suisse. La lenteur de la procédure et la décision d’expulsion impacte la santé mentale de Javier* qui souffre déjà d’autres problème de santé. Son épouse Lilian* cumule des emplois de nettoyages peu rémunérés et instables mais les autorités leur refusent un permis de séjour sur cette base, arguant qu’il s’agit d’«activités marginales et accessoires».
Cas individuel — 11/12/2023

Il passe 23 ans en Suisse avant d’obtenir une admission provisoire

Abdelkader* aura passé plus de 23 ans en Suisse avant d’obtenir un permis de séjour. Il lui aura fallu déposer une nouvelle demande de réexamen à l’âge de 62 ans.
Cas individuel — 24/08/2009

L’argent d’un requérant d’asile peut être confisqué

Un requérant d’asile doit toujours pouvoir prouver la provenance de l’argent qu’il a sur lui. Pour n’avoir pas pu le faire, « Aristide » s’est fait confisquer la somme qu’on lui avait prêtée. Saisi d’un recours, le TAF confirme la légalité de cette saisie.