Des requérants d’asile se mobilisent pour dénoncer leurs conditions de vie souterraine à Genève

Une centaine de migrants logeant dans des abris de la protection civile ont fait part de leur désarroi à l’Hospice général, institution en charge de l’accueil des requérants d’asile dans le canton de Genève.

À l’instar de ce qu’il s’est passé dans le canton de Vaud (voir notre brève), les résidents de ces différents abris antiatomiques ont écrit une lettre ouverte pour dénoncer des conditions de vie indignes, et que certains endurent depuis plus d’une année : problèmes d’hygiène liés au nombre insuffisant de douches et WC par rapport au nombre d’habitants ; alimentation répétitive, peu équilibrée et pré-cuisinée, aucune cuisine n’étant à leur disposition ; difficultés en matière de santé et de sécurité liées à la promiscuité ; manque de sommeil, une lumière restant allumée 24h/24 et plusieurs dizaines de lits étant reliés entre eux, etc.

Alors que ces personnes – provenant de pays tels que l’Erythrée, la Syrie ou le Soudan – ont fui des circonstances tragiques, leur situation actuelle a d’autant plus de répercussions sur leur santé physique et psychique. Elles appellent ainsi les autorités à « prendre des mesures urgentes et nécessaires pour y mettre fin ».

Ces dernières brandissent la crise du logement comme explication à de telles structures d’hébergement et se disent en train de réfléchir à des améliorations et des alternatives tout « en déplorant le caractère humainement insatisfaisant » de ces logements.

Sources :

 Stop Bunkers – Lettre ouverte à l’Hospice général, 26.01.2015

 Le Courrier, « Des requérants demandent à vivre décemment », 27.01.2015

 RTS La Première, « Le journal de 6h », 27.01.2015 (de 08’35’’ à 10’20’’)

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.