Femmes dans le système de l’asile : un rapport met en évidence les difficultés rencontrées dans les centres pour requérants en Suisse

Près d’un tiers des demandeurs d’asile en Suisse sont des femmes. Cette minorité dont on parle peu a des besoins et des vulnérabilités particulières souvent oubliés dans l’organisation de l’accueil. TERRE DES FEMMES Suisse a publié un rapport examinant la situation des femmes dans neuf centres d’hébergement collectif pour demandeurs d’asile, réalisé à travers des interviews avec 42 résidentes entre 21 et 57 ans.

Il en ressort que la réalité de vie des requérantes d’asile ne correspond souvent pas aux accords internationaux ratifiés par la Suisse ni à la Constitution fédérale, l’organisation de l’hébergement et de l’encadrement manquant souvent de considération pour les besoins particuliers des femmes. La tendance est de placer les personnes en quête de protection dans des grands centres collectifs où les hommes et les femmes célibataires, ainsi que les mères et leurs enfants, vivent dans un espace très restreint. Dans ce contexte, les requérantes d’asile font régulièrement état d’actes de harcèlement et de violence. Le sentiment d’insécurité qui en découle conduit les femmes à éviter les espaces communs et à s’isoler dans leurs chambres.

Le rapport met en évidence d’autres difficultés rencontrées par les requérantes d’asile, telles que l’impossibilité pour les femmes avec enfants en bas âge d’accéder à des cours de langue ou à des programmes d’occupation, faute de solutions de garde. Ce problème réduit les possibilités d’intégration pour ces femmes. L’accès aux soins médicaux et psychologiques peut aussi se révéler difficile, ce qui pose problème particulièrement pour des femmes ayant vécu des traumatismes dans leur pays d’origine ou dans leur parcours d’exil.

Source : TERRE DES FEMMES Suisse, Rapport sur la situation des femmes requérantes d’asile dans les logements collectifs, octobre 2013.

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 16/12/2016

Le SEM conteste la qualité de réfugiée à une enfant victime d'excision et de viol

Ayant subi une excision et un viol dans son pays d’origine, « Asta » cherche refuge en Suisse. Le SEM lui conteste la qualité de réfugiée, lui reprochant de ne pas avoir porté plainte en Ethiopie. La décision est finalement cassée par le TAF qui rappelle la protection particulière à laquelle ont droit les victimes de mutilations génitales féminines (MGF).
Cas individuel — 17/03/2014

Mineure et fuyant un mariage forcé, elle ne peut entrer en Suisse

L’adolescente « Eden » est contrainte de fuir le domicile familial parce que son père a organisé son mariage forcé. Vivant cachée avec sa mère car activement recherchée, elle dépose une demande de visa humanitaire à l’ambassade suisse d’Addis-Abeba mais essuie un refus. Le TAF confirme cette décision arguant qu’elle ne court pas de « danger imminent ».
Cas individuel — 16/01/2014

5 mineurs attendent plus d’un an pour
rejoindre leur mère en Suisse

Après avoir fui la guerre en Somalie, « Halima » et ses cinq petits-enfants vivent en Éthiopie dans une précarité extrême. Leur demande d’entrée en Suisse, pays où vit « Amal », respectivement leur fille et mère titulaire d’un permis F, n’aboutit que 20 mois plus tard, après le décès d’« Halima ».