Durcissements à l’encontre des Erythréen∙ne∙s: «vive préoccupation» des rapporteurs spéciaux de l’ONU

Dans un courrier adressé à la Suisse, la Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l’homme en Érythrée et deux autres Rapporteurs spéciaux (sur la torture et sur les droits des migrant∙e∙s) ont exprimé leur «vive préoccupation devant le risque de retour en Érythrée de personnes dont les demandes d’asile ont été rejetées en violation potentielle du principe de non-refoulement.» Après un retour sur les différents durcissements ayant frappé les requérant∙e∙s d’asile érythréen∙ne∙s en Suisse, la Rapportrice et les Rapporteurs rappellent que  «Bien  que  la  paix  et  la  sécurité  régionale  aient  été récemment  renforcées  dans  la  Corne  de  l’Afrique,  la  situation  des  droits  de l’homme en Érythrée ne s’est pas améliorée.» Ils demandent à la Suisse de fournir des informations, entre autres, sur les mesures prises pour assurer la protection des requérant∙e∙s d’asile érythréen∙ne∙s, sur les mesures prises pour assurer un examen individualisé de leurs demandes d’asile, et sur l’analyse  faite  sur  le  risque  de  torture  et  autres  graves  violations  des droits de l’homme en cas de retour en Érythrée.  La Suisse n’a pas répondu aux six questions posées par les Rapporteurs spéciaux dans le délai octroyé de 60 jours.

Cette communication fait suite à un Appel Urgent du Centre Suisse pour la Défense des Droits des Migrants (CSDM) et à une Lettre d’allégation du réseau de Familles-relais/Familles de parrainages. Tous deux demandaient aux Rapporteurs spéciaux  d’intervenir en urgence auprès des autorités suisses pour prévenir les violations graves des droits fondamentaux ainsi que la précarisation sociale des demandeur∙e∙s d’asile érythréen∙ne∙s.

Sources : Mandats de la Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l’homme en Érythrée; du Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants et du Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ; CSDM, « Requérant·e·s d’asile érythréen·ne·s : la Suisse viole le droit international », 15.05.2019.

Voir également : ODAE romand, « Une décision de renvoi vers l’Érythrée viole la Convention contre la torture », brève, 20.12.2018 ; ODAE romand, « Durcissement à l’encontre des Érythréen·ne·s : une communauté sous pression », rapport, novembre 2018.

Cas relatifs

Cas individuel — 19/09/2018

Le SEM met en doute le récit et prononce le renvoi d’un Érythréen de 19 ans

Arrivé comme MNA, « Bereket » est entendu sur ses motifs d’asile deux ans après avoir déposé sa demande. Pour le SEM, ses propos manquent de détails et de consistance. Le SEM qualifie son récit d’invraisemblable, lui refuse l’asile et prononce son renvoi vers l’Erythrée.
Cas individuel — 12/07/2011

Un geste désespéré qui aurait pu être évité

« Ribkha », jeune femme érythréenne de 21 ans, demande l’asile en Suisse. Elle est renvoyée en Italie (renvoi Dublin). Sans aucun moyen de subsistance dans ce pays, elle revient en Suisse. Parfaitement informées de sa fragilité psychique, les autorités suisses décident de la renvoyer à nouveau. Au moment où arrive la police, « Ribkha » saute depuis le balcon du 3ème étage.
Cas individuel — 24/08/2009

Soumis à l’aide d’urgence depuis 5 ans, il s’enfonce dans la précarité

« Aimé » vit à l’aide d’urgence depuis 2004. Depuis des années, son renvoi s’avère irréalisable. D’ailleurs, sa région d’origine est en guerre. En plus, il est père de deux enfants suisses. Il doit donc se résigner à vivre durablement dans des conditions de vie déshumanisantes. Théoriquement provisoire, l’aide « d’urgence » dure ici depuis 5 ans.
Cas individuel — 24/08/2009

9 ans de procédure pour faire reconnaître les persécutions subies

« Sarah », victime d’atroces persécutions, voit sa demande d’asile être frappée de non-entrée en matière parce qu’elle n’a pas de papiers d’identité. Il faudra 3 recours et 3 demandes de réexamen pour que le TAF lui accorde finalement l’asile. Après presque 10 ans de procédure.