Contrat d’intégration imposé à une victime de violences:
lorsque l’ODM se substitue (abusivement) aux cantons d

Une correspondante dans le canton de Genève nous signale une attitude doublement inquiétante de l’Office fédéral des migrations (ODM) à l’égard d’une ressortissante kosovare victime de violences conjugales et mère d’une fillette au bénéfice d’un permis C. Avant de renouveler son autorisation de séjour, l’ODM impose la conclusion d’un « contrat d’intégration » entre le canton et la ressortissante kosovare, dans lequel elle s’engage à « atteindre certains objectifs individuels, comme un certain niveau de langue ».

D’une part, un tel outil – le contrat d’intégration – existe, certes, dans certains cantons mais cela n’est aucunement le cas de Genève qui s’est contenté de proposer la signature d’un contrat d’accueil standard, constituant un simple « engagement moral », dans le cadre du Programme d’intégration cantonal 2014-2017.

D’autre part, le fait d’imposer des critères d’intégration à une victime de violences graves – ayant abouti à une condamnation pénale et à une reconnaissance en tant que victime au sens de la LAVI – est particulièrement préoccupant. Passé l’orage, cette femme a à sa charge une enfant en bas âge pour laquelle elle n’a une solution de garde que pour la rentrée 2014, raison pour laquelle elle n’a pu reprendre des cours de français.
Enfin, la fillette étant bénéficiaire d’un permis d’établissement, elle possède un droit de séjour stable. De ce fait, sa mère a le droit de demeurer avec elle en Suisse conformément à l’art. 8 CEDH. En effet, le renvoi de la mère pour dépendance à l’aide sociale imposerait aussi le départ de la fillette, ce qui serait une atteinte disproportionnée au droit de celle-ci à maintenir des relations étroites avec ses deux parents.

Sources : courrier de l’ODM (10.02.14), courriers de la mandataire à l’OCP (11.10.13, 12.09.12, 1.12.11).

Cas relatifs

Cas individuel — 22/09/2016

Victime de torture, il frôle le renvoi à cause d’un mauvais établissement des faits

Victime de torture par les autorités tchétchènes, « Mourvan » vit caché pendant trois ans, avant de fuir avec sa famille lorsque divers indices lui font craindre qu’il a été repéré. Pourtant le SEM et leTAF estiment qu’il ne court aucun risque et rejettent sa demande d’asile. Il faudra une nouvelle expertise menée par une ONG pour que le SEM revienne sur sa décision.
Cas individuel — 23/04/2013

L'ODM renonce au transfert en France d'une adolescente victime de prostitution

« Ayala », ressortissante d’un pays d’Afrique de l’Ouest âgée de 15 ans, est victime d’un réseau de prostitution à son arrivée en France en 2010. Parvenant à s’enfuir, elle dépose une demande d’asile en Suisse. L’ODM, qui rend une première décision de NEM, décide finalement de renoncer au transfert et entame une procédure nationale.
Cas individuel — 24/08/2009

L’argent d’un requérant d’asile peut être confisqué

Un requérant d’asile doit toujours pouvoir prouver la provenance de l’argent qu’il a sur lui. Pour n’avoir pas pu le faire, « Aristide » s’est fait confisquer la somme qu’on lui avait prêtée. Saisi d’un recours, le TAF confirme la légalité de cette saisie.
Cas individuel — 24/08/2009

Une tentative de renvoi brutal à six semaines de l'accouchement

Le 27 août 2007, la police bernoise tente de renvoyer par la force la famille A., alors que madame en est à sa 34ème semaine de grossesse. Brutalement amenés devant l'avion, ils échappent au renvoi grâce à l’intervention du pilote, qui refuse de les embarquer.