Améliorer la protection et l’identification des victimes de traite d’êtres humains dans l’asile

Suisse, 25.05.21 – Le SEM a révélé les conclusions du groupe de travail «Asile et traite des êtres humains». Ce rapport dresse une liste de recommandations, qui visent à mieux détecter les victimes potentielles de traite des êtres humains et à garantir le respect de leurs droits dans le cadre des procédures d’asile. Organisations spécialisées sur le sujet, le Centre d’assistance aux migrantes et aux victimes de la traite des femmes (FIZ), le CSP Genève et l’OSAR ont publié une prise de position. Elles regrettent que le SEM ne prenne pas en compte toutes les recommandations.

Pour les trois organisations, les victimes de la traite des êtres humains doivent être mieux identifiées et protégées. A l’heure actuelle, leur protection est insuffisante, en particulier pendant la procédure Dublin. En ce sens, il est surprenant que le SEM refuse de mettre en place la recommandation visant à obtenir des garanties au sens de l’art. 16 de la Convention pour la répression de la traite des êtres humains des États européens lors d’un transfert Dublin d’une victime potentielle.

L’hébergement en Suisse des personnes victimes de traite devrait également être assuré dans des locaux appropriés tenus par des associations spécialisées, et pas dans des structures collectives inadaptées comme les centres fédéraux d’asile. De plus, si les recommandations faites dans le rapport du groupe de travail pour améliorer l’identification des victimes appellent à former le personnel, cette revendication ne suffit pas. Les trois organisations demandent que des formations continues soient proposées pour tout le personnel du SEM ainsi que pour ses fournisseurs de prestations. Des critiques sont également émises au sujet de la pratique d’estimation de l’âge des requérant·es d’asile mineur·es et victimes de traite, à qui l’on ne fait pas bénéficier la présomption de minorité.

Source: Vivre Ensemble, «Traite des êtres humains | Mieux protéger les requérant·es d’asile», 26.05.2021 ; OSAR, «Mieux protéger les requérants d’asile victimes de la traite des êtres humains», 25.05.2021 ; SEM, «Rapport sur les victimes potentielles de traite des êtres humains dans le cadre de la procédure d’asile du groupe de travail “Asile et traite des êtres humains”», SEM, «Communiqué sur le rapport sur la traite des êtres humains», 25.05.2021 ; SEM, «Conclusions sur le rapport : Victimes potentielles de traite des êtres humains en procédure d’asile», 05.2021.

Voir également: ODAE, «Victimes de traite d’êtres humains : une protection insuffisante», brève du 20.07.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 20/11/2018

Après 4 ans éprouvants, une mère et sa fille reçoivent une admission provisoire

Après avoir déposé une demande d’asile en Suisse, une famille tchétchène vit quatre ans dans l’attente d’une décision. Durant cette période, qui débouche sur une admission provisoire en Suisse, « Larisa » et sa fille « Selina » sont éprouvées psychiquement et physiquement. Après que « Selina » ait été contrainte à un mariage forcé, elles doivent également faire le deuil de leur fils et frère « Aslan », assassiné en Russie suite à son renvoi par la Suisse.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.
Cas individuel — 24/08/2009

9 ans de procédure pour faire reconnaître les persécutions subies

« Sarah », victime d’atroces persécutions, voit sa demande d’asile être frappée de non-entrée en matière parce qu’elle n’a pas de papiers d’identité. Il faudra 3 recours et 3 demandes de réexamen pour que le TAF lui accorde finalement l’asile. Après presque 10 ans de procédure.
Cas individuel — 18/06/2007

Brisée par des viols, elle reste par erreur 7 mois à l’aide d’urgence

Incapable de parler des viols qui l’ont traumatisée, "Yeshi" est frappée de non entrée en matière. Lorsqu’elle parvient à parler à sa thérapeute des violences qu'elle a subies, l'ODM laisse passer 7 mois avant de traiter sa demande de reconsidération. 7 mois de trop à l’aide d’urgence.