ALCP : précisions du TF sur l’incapacité de travail permanente et le droit de demeurer

À la suite du recours d’un ancien salarié portugais, qui n’est plus apte physiquement à exercer son métier et qui se voit refuser le renouvellement de son permis de séjour, le TF s’est prononcé sur le droit de demeurer en raison d’une incapacité permanente de travail, au sens de l’ALCP.

L’article 4 de l’annexe I de l’ALCP prévoit que les travailleurs∙euses ont le droit de demeurer sur le territoire de l’autre partie contractante s’ils∙elles cessent leur emploi en raison d’une incapacité permanente de travail. Selon le TF, l’interprétation de la notion d’incapacité permanente de travail se réfère non seulement à l’incapacité de travail dans l’activité professionnelle usuelle, mais aussi à d’autres activités professionnelles jugées acceptables. Le droit de demeurer présuppose donc que la personne concernée ne puisse plus effectuer un travail que l’on peut raisonnablement exiger d’elle. Si l’incapacité de travail se limite à la seule activité professionnelle usuelle, il n’y a pas de droit à une prolongation du séjour en Suisse.

Le TF rejette le recours de l’intéressé, arguant qu’aucune raison de santé ne l’empêche d’exercer une activité adaptée à sa condition physique.

Sources : Arrêt du TF 2C_134/2019 du 12 novembre 2019 ; Communiqué de presse du Tribunal fédéral, Droit de demeurer selon l’ALCP à la suite d’une incapacité permanente de travail, 12 décembre 2019.

Cas relatifs

Cas individuel — 27/09/2021

Violences conjugales et droit au regroupement familial niés: des procédures interminables

Janet* est arrivée en Suisse par regroupement familial. Contrainte de quitter le domicile conjugal en 2011 à cause des violences conjugales, elle n’obtient la prolongation de son titre de séjour que 4 ans plus tard. En 2017, elle dépose une demande de regroupement familial pour ses 3 enfants. La procédure s’éternise et, entre-temps, Janet* se marie à un Français, ce qui ouvre le droit au regroupement familial pour ses enfants sous l’angle de l’ALCP. Après plus de 4 ans de procédure, le SEM refuse le regroupement familial, estimant notamment qu’elle n’a pas entretenu de liens forts avec ses enfants.
Cas individuel — 19/04/2011

Livré à lui-même en Turquie, il ne peut pas rejoindre son père en Suisse

« Alim », âgé de 15 ans, est livré à lui-même en Turquie. Il fait une demande pour rejoindre son père, qui est suisse et vit ici. Mais cette demande est formulée après le délai d’un an inscrit dans la loi. Alors que le Tribunal cantonal admet des raisons familiales majeures, qui permettraient d’échapper à l’application stricte du délai, l’ODM, lui, ne veut rien savoir.
Cas individuel — 06/01/2011

Regroupement familial : discrimination d’un Suisse
par rapport à des Européens?

« Ratana », d’origine thaïe, est mariée à « Philippe », citoyen suisse. Ils souhaitent faire venir la fille de « Ratana », 13 ans, restée en Thaïlande. Les autorités refusent parce que le délai d’un an pour adresser la demande a été dépassé, mais reconnaissent que si « Philippe » avait été un ressortissant européen, le droit au regroupement familial aurait été garanti par l’ALCP.