« Stop à la séparation des familles ! Libérez Mubaarak ! »

Mubaarak est un jeune somalien qui a fui la guerre civile de son pays pour rejoindre sa tante et ses cousins qui bénéficient d’un permis B et de la nationalité suisse. Il a déposé une demande d’asile en juillet 2017. Cette demande a été refusée par le SEM, qui a ordonné son renvoi en Italie, selon le règlement Dublin. Renvoyé à Catane une première fois le 14 février 2018, il s’est retrouvé à la rue, sans argent et sans aucune aide de la part des autorités italiennes. Il est revenu clandestinement en Suisse pour retrouver sa famille et ses amis d’école et a déposé une deuxième demande d’asile.

Le 14 janvier 2020, Mubaarak a été arrêté par la police vaudoise et mis dans la prison administrative de Frambois pour être à nouveau renvoyé en Italie. Droit de Rester Lausanne, Solidarité sans frontières et Solidarité Tattes lancent alors un appel : « Stop à la séparation des familles ! Libérez Mubaarak ! ». Ces associations dénoncent le règlement Dublin, qui créée selon elles des situations de non droit et d’errance dans le système européen d’asile et sépare des familles. Elles exigent la libération de Mubaarak et la possibilité que sa demande d’asile soit examinée en Suisse.

Sources : Droit de rester pour tou.te.s, « Stop à la séparation des familles ! Libérez Mubaarak ! », 27.01.2020 ; Le Courrier, « Jeune Somalien menacé de renvoi », 27.01.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 02/05/2021

Déboutée de l’asile, une famille se bat pour rester unie et ne pas être renvoyée

Arrivé en 2016 en Suisse, Yemane*, originaire d’Éthiopie, reçoit une décision de renvoi en novembre 2018. Asmarina*, originaire d’Érythrée, a vécu cinq ans en Grèce avec sa fille aînée, dans des conditions très précaires et sans accès à des soins pour son enfant, en situation de handicap physique. À cause de ces conditions invivables, elle est contrainte de quitter la Grèce et demande l’asile en Suisse. Ayant obtenu l’asile en Grèce, elle reçoit une décision de NEM de la part du SEM qui prononce son renvoi en novembre 2017. Asmarina* et Yemane* se rencontrent en Suisse et ont une fille en 2019. Au vu des différentes situations, la famille doit se battre pour ne pas être séparée entre plusieurs pays.
Cas individuel — 07/11/2012

L’ODM le renvoie en Italie sans aucune garantie de prise en charge médicale

En 2010, « Hakim », après avoir transité par l’Italie, dépose une demande d’asile en Suisse. Souffrant de graves troubles psychiques, son transfert sur la base des accords de Dublin nécessite, selon le TAF, de prendre des précautions particulières. Mais l’ODM exécutera son transfert sans attendre des autorités italiennes la garantie d’une prise en charge adéquate.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 10/02/2010

Accords de Dublin : renvoi sur Malte…dans l’intérêt de la famille ?

Une famille somalienne arrive en deux fois en Suisse. Le père, « Ahmed », et trois enfants sont passés par Malte où ils ont demandé l’asile. La mère, « Aliya » et trois autres enfants, ont transité par l'Italie sans y être enregistrés. En vertu du règlement Dublin, tous seront renvoyés à Malte, le pays le plus surchargé d’Europe.