Renvoi d’un ressortissant afghan vers la Suède

Vaud, 18.11.2021 – Jawid, ressortissant afghan, est arrivé en Suède en 2015, où sa demande d’asile est refusée. Il se trouve alors menacé de renvoi vers l’Afghanistan. En octobre 2020, il vient en Suisse rejoindre sa sœur. Le SEM prononce en juin 2021 une NEM Dublin à son encontre et décide de son renvoi vers la Suède, premier pays européen par lequel il est passé.

Le 4 novembre dernier, Jawid est arrêté par la police vaudoise et emmené au centre de détention administrative de Frambois, dans le canton de Genève, en vue de son renvoi. Le 12 octobre 2021, le Grand Conseil vaudois avait pourtant voté une résolution demandant au Conseil d’Etat, au vu de la situation dans leur pays d’origine, de soutenir les personnes exilées afghanes en leur accordant l’asile. Une pétition allant dans ce sens, munie de 823 signatures, avait également été déposée le 2 novembre 2021.

Par deux fois, Jawid refuse de se soumettre au test covid PCR, nécessaire pour un voyage en avion vers la Suède. Il lui est indiqué qu’un 3e refus conduira à subir ce test de force, malgré le risque pour la santé que cette contrainte peut signifier (voir brève). Tôt le matin du 10 novembre, il est emmené à Zurich et n’ose pas refuser une troisième fois le test PCR. Selon son témoignage, il a été menotté jusqu’à l’avion, puis escorté durant tout le vol par 10 policiers. D’après l’association Droit de rester, demeurée en contact avec lui, à son arrivée Jawid a été brièvement contrôlé par les autorités suédoises puis il s’est retrouvé à la rue, sans ressources.

Sources : Droit de rester pour tou-te-s Lausanne, «Le canton de Vaud continue de renvoyer des réfugié·es afghan·es !», 04.11.2021 ; asile.ch, «DdR | Vaud continue les transferts Dublin des réfugié·es afghan·es», 04.11.2021 ; Droit de rester pour tou-te-s Lausanne, «DANGER DE RENVOI IMMINENT», 09.11.2021 ; Droit de rester pour tou-te-s Lausanne, «Jawid Y.: renvoyé de Suisse vers la Suède sous l’oeil hypocrite des autorités vaudoises», 18.11.2021

Cas relatifs

Cas individuel — 08/07/2014

Placée en détention administrative, elle perd son enfant

« Soraya », originaire d’Érythrée, demande l’asile en Suisse. Comme elle a déjà demandé l’asile en Suède, elle est incarcérée en vue d’un transfert. Enceinte, son état de santé se détériore en prison et elle doit interrompre sa grossesse. Suite à ce tragique événement, le TAF impose l’application de la clause de souveraineté de l’accord de Dublin, annulant ainsi son transfert.
Cas individuel — 05/11/2012

Un réfugié reconnu passe sept mois
en détention administrative

« Beasrat » demande l’asile en Suisse après avoir vécu dans des conditions d’extrême précarité en Italie, malgré la reconnaissance de sa qualité de réfugié. Refusant d’y retourner, il passe sept mois en détention administrative, non sans séquelles sur sa santé psychique.
Cas individuel — 12/07/2011

Un geste désespéré qui aurait pu être évité

« Ribkha », jeune femme érythréenne de 21 ans, demande l’asile en Suisse. Elle est renvoyée en Italie (renvoi Dublin). Sans aucun moyen de subsistance dans ce pays, elle revient en Suisse. Parfaitement informées de sa fragilité psychique, les autorités suisses décident de la renvoyer à nouveau. Au moment où arrive la police, « Ribkha » saute depuis le balcon du 3ème étage.
Cas individuel — 20/10/2008

Europe de Dublin : une pente glissante même pour les « vrais » réfugiés

Menacé par des milices islamistes parce qu’il collabore avec l’armée américaine en Irak en tant que traducteur, « Bachir » gagne la Suisse après avoir parcouru l’Europe en quête d’asile. Sans nier ses dires mais en appliquant la logique des accords de Dublin, la Suisse le renvoie vers la Suède, qui veut le renvoyer vers la Grèce, où il risque un renvoi vers l’Irak.