Pour tenter d’échapper aux policiers,
une Erythréenne de 21 ans saute par la fenêtre

Une requérante d’asile érythréenne s’est jetée par la fenêtre depuis le quatrième étage lorsque la police est venue la chercher pour la renvoyer de force vers l’Italie. La jeune femme a été grièvement blessée par une chute de 9 mètres, et a été héliportée au CHUV à Lausanne. Elle souffre de multiples fractures aux lombaires ainsi qu’au bassin.

Les autorités suisses ont procédé au renvoi alors même que le médecin et le mandataire de la jeune femme leur avaient signalé que la jeune femme avait déjà fait deux tentatives de suicide, et qu’il y avait de fortes probabilités pour qu’elle attente de nouveau à sa vie. Celle-ci voulait à tout prix éviter un nouveau renvoi vers l’Italie (elle avait déjà été expulsée une fois selon la procédure Dublin), où elle se retrouverait seule et sans ressources, à la merci de réseaux de prostitution. Les autorités suisses refusaient cependant d’appliquer à son cas la clause de souveraineté que comporte l’accord de Dublin, et n’ont donc jamais examiné les motifs de sa demande d’asile.

Lire le communiqué de presse du CCSI/SOS racisme de Fribourg

Cas relatifs

Cas individuel — 24/08/2009

Malgré toutes les preuves de persécution il n’obtient pas l’asile

Menacé de mort par des groupes armés, « Salim », ancien interprète en Irak pour l'armée américaine, fuit son pays pour gagner la Suède, puis la Suisse. Conformément à la logique des Accords de Dublin, la Suisse refuse d’entrer en matière sur sa demande d’asile, malgré les documents qui attestent des dangers encourus, et ordonne son renvoi vers la Suède.
Cas individuel — 20/10/2008

Europe de Dublin : une pente glissante même pour les « vrais » réfugiés

Menacé par des milices islamistes parce qu’il collabore avec l’armée américaine en Irak en tant que traducteur, « Bachir » gagne la Suisse après avoir parcouru l’Europe en quête d’asile. Sans nier ses dires mais en appliquant la logique des accords de Dublin, la Suisse le renvoie vers la Suède, qui veut le renvoyer vers la Grèce, où il risque un renvoi vers l’Irak.