Les locaux de l’EVAM occupés pour dénoncer les conditions de vie des migrants à l’aide d’urgence

Le 11 juin 2014 une quarantaine de personnes a occupé symboliquement les locaux administratifs de l’EVAM (Etablissement Vaudois d’Accueil aux Migrants) à Lausanne pour dénoncer certaines pratiques à l’égard des requérants d’asile à l’aide d’urgence dans le canton de Vaud. Relayant les appels d’employés de l’EVAM et d’autres professionnels de la santé et du social, le « Groupe 11 juin » dénonce les lourdes conséquences  de certaines pratiques sur la santé psychique et physique des personnes concernées et demande un changement de régime pour l’accueil des migrants.

La critique porte sur le placement de personnes malades dans des abris antiatomiques contre l’avis des médecins, le déplacement de familles d’un foyer à l’autre au détriment de la scolarité des enfants, la résiliation de l’assurance maladie pour certains requérants déboutés, l’exclusion temporaire de migrants des foyers en guise de sanction pour des entorses mineures au règlement, ou encore l’hébergement en « sleep-in » ouverts uniquement la nuit, que les personnes doivent quitter à 7h du matin sans pouvoir laisser aucun effet personnel. Les effets relevés en termes de misère sociale et de santé publique sont graves : les dépressions, crises d’angoisse, automutilations et tentatives de suicide sont nombreuses. S’y ajoutent de multiples difficultés psychosociales telles que la consommation de substances psychotropes, qui contribuent à engendrer un climat de violence dans les foyers. Pour les personnes ayant fui la guerre, comme les Syriens, le logement en abri antiatomique peut se révéler anxiogène, réveillant leurs traumatismes.

Les militants réclament notamment la mise en place d’une commission indépendante chargée d’enquêter sur les dysfonctionnements de l’EVAM, un plan urgent en matière de santé des migrants, la levée de l’interdiction de travail frappant les requérants déboutés et l’abolition du régime d’aide d’urgence dans le canton de Vaud.

Sources :

Site web Appel 11 juin

Le Courrier, Des militants occupent l’EVAM, 12 juin 2014

RTS info, Occupation symbolique des locaux administratifs de l’EVAM à Lausanne, 12 juin 2014

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 16/05/2017

Le SEM ne le reconnaît pas comme mineur et lui refuse l’asile par erreur

Requérant d’asile afghan de 16 ans, « Imran » n’est pas reconnu comme mineur par le SEM. Il est ainsi contraint de vivre avec des adultes, situation stressante et effrayante pour lui, qui souffre déjà de problèmes psychiques et d’insomnies. De plus, le SEM rejette sa demande d’asile et rend une décision de renvoi. Suite à un recours au TAF, le SEM finit par reconsidérer sa décision, admet la minorité, la qualité de réfugié et lui octroie l’asile.
Cas individuel — 07/05/2014

Malgré l’impossibilité du renvoi, une famille passe 4 ans à l’aide d’urgence

Menacé en Palestine, « Issam » prend la fuite avec sa femme « Samra ». La Suisse leur refuse l’asile en 2003, décision confirmée sur recours en 2009. L’ODM, informé dès 2009 que le retour en Cisjordanie est rendu impossible par les accords d’Oslo, ne statue sur leur demande de réexamen qu’en avril 2014, malgré les graves problèmes psychiques de « Samra ». En attendant, le couple et ses 3 enfants seront restés 4 ans à l’aide d’urgence.
Cas individuel — 18/06/2007

Brisée par des viols, elle reste par erreur 7 mois à l’aide d’urgence

Incapable de parler des viols qui l’ont traumatisée, "Yeshi" est frappée de non entrée en matière. Lorsqu’elle parvient à parler à sa thérapeute des violences qu'elle a subies, l'ODM laisse passer 7 mois avant de traiter sa demande de reconsidération. 7 mois de trop à l’aide d’urgence.