Le Conseil des États rejette l’interdiction de la détention administrative des mineur·e·s

Berne, 10 mars 2021 – Par 17 voix contre 16, le Conseil des États a rejeté une initiative cantonale genevoise qui souhaitait proscrire la détention de personnes mineures en vue d’un renvoi. À l’heure actuelle, seul·e·s celles et ceux âgé·e·s de plus de 15 ans peuvent être concerné·e·s.

Alors que le Conseil national avait approuvé l’initiative en septembre dernier, les opposant·e·s à cette interdiction ont jugé que l’application de la détention était une compétence cantonale et qu’une modification de la LEI ne se justifiait pas. Pour les partisan·ne·s de l’interdiction, la détention administrative de personnes mineures, qui n’ont commis aucun délit, est toujours disproportionnée et contrevient au bien-être des enfants.

Cela fait de nombreuses années que la pratique est jugée inadmissible en regard du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant et que les fortes disparités cantonales en la matière sont décriées par diverses organisations et instituions. Dans un rapport de mai 2019, la Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) révélait qu’en 2017-2018, 37 mineur·e·s avaient été placé·e·s en détention administrative pour des durées de 2 à 120 jours. Elle montrait aussi que trois cantons avaient détenu des personnes de moins de 15 ans avec leur famille, une pratique pourtant prohibée (art. 80 al. 4 LEI). Fin 2018, la Commission de gestion externe du Parlement avait vivement condamné ces pratiques illégales.

Sources : Parlement suisse, « Pas d’interdiction de la détention administrative des mineurs », dépêche ATS, 10.03.2021 ; CNPT, Rapport au Département fédéral de justice et police (DFJP) et à la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP) relatif au contrôle des renvois en application du droit des étrangers d’avril 2018 à mars, Rapport, 24.05.2019 ; Marie Vuilleumier, « Critiquée, la Suisse continue d’emprisonner des enfants », Swissinfo, 06.11.2019.

Cas relatifs

Cas individuel — 26/07/2021

Regroupement familial: séparation d’une fratrie jugée non conforme au droit

Gilles* fait une demande de regroupement familial en faveur de ses deux enfants restés au Togo. Le SEM refuse d’accepter la venue du plus grand au motif que la demande n’a pas été présentée dans les délais. Ce faisant, le SEM s’accommode de la séparation familiale que sa décision va engendrer. Le TAF estime a contrario que la séparation est irrecevable et admet le regroupement familial complet, soit avec le grand frère.
Cas individuel — 15/03/2012

Pas de permis pour une ado victime
d’abus sexuels dans son pays d’origine

À 8 ans, « Renata » rejoint sa mère en Suisse après avoir été victime de violences sexuelles dans son pays d’origine. Malgré un préavis favorable du canton, une bonne intégration et l’avis de spécialistes défavorables au renvoi, l’ODM refuse l’octroi d’un permis B humanitaire.
Cas individuel — 24/08/2009

Procédure à l'aéroport: 47 jours de rétention pour une fillette

Après avoir demandé l’asile à l’aéroport, une fillette et sa mère sont retenues durant 47 jours dans la zone de transit. Elles y séjournent dans des conditions inappropriées, surtout pour une enfant. Même le droit à une promenade quotidienne n’est pas respecté.
Cas individuel — 24/08/2009

Renvoyé de force au moment où il allait se marier

Abdoulaye, dont la demande d’asile a été rejetée, vit avec sa compagne suisse avec laquelle il a eu un enfant. Alors que des démarches de reconnaissance de l’enfant et de mariage sont en cours, Abdoulaye est arrêté, mis en détention, et renvoyé par vol spécial en Guinée.