La santé des requérants d’asile dans le canton de Vaud pointée du doigt

Suite à un postulat déposé par cinq députés, la Commission de la santé publique du Grand Conseil vaudois s’est saisie de la question du traitement réservé aux personnes vulnérables dans le système de l’asile vaudois, en particulier sur le plan médical (sur cette thématique, voir également notre brève du 13.06.14). Dans un rapport à ce sujet, la Commission retranscrit les auditions de trois médecins (un pédiatre, un psychiatre pour enfants et adolescents et un médecin pour adultes de la Policlinique médicale universitaire – PMU) :

Le premier constate que « les conditions d’accueil des migrants accentuent leurs souffrances. Ce constat se vérifie particulièrement dans le cas des enfants en bas âge ». Il ajoute que « les faits relatifs à la détresse et aux problèmes de santé des migrants s’avèrent exacts ». Il appelle à « sortir ces populations vulnérables des centres EVAM pour les placer dans des lieux plus adaptés ».
Le psychiatre note, notamment, une dégradation de la santé psychique des migrants, mais également « l’épuisement de professionnels dévoués (intendants des centres d’accueil, infirmières de la PMU), rongés par un sentiment d’impuissance face à l’ampleur de la tâche par rapport aux moyens limités ».
Enfin, le médecin œuvrant à la PMU fait remarquer l’augmentation des besoins alors que les moyens à disposition eux stagnent. En outre, il mentionne qu’un problème notable est celui du suivi des dossiers transmis à l’EVAM : sur 500 demandes adressés, « l’EVAM n’a pas suivi le préavis médical de la PMU dans 40 cas, et 195 situations n’ont donné lieu à aucune réponse de la part de l’EVAM ». Enfin, il ajoute la question du délai de transfert d’hébergement, lors d’un préavis positif médical, qui est de l’ordre de 77 jours en moyenne.

Ces trois spécialistes s’accordent ainsi sur la vulnérabilité accrue de ces personnes et le rapport qu’entretiennent les conditions d’hébergement avec cette problématique. Leurs propos ne visent pas l’EVAM en particulier mais plutôt un manque de concordance entre les besoins pour un accueil décent et des moyens à disposition insuffisants.
La Commission a déposé un nouveau postulat demandant au Conseil d’État « de rédiger un rapport permettant de faire le point sur la prise en charge socio-médicale des requérants d’asile hébergés dans le cadre de la mission de l’EVAM, ainsi que sur les moyens à mettre en œuvre pour leur garantir l’accès aux soins physiques et psychiques ».

Sources:

 Rapport de la Commission thématique de la santé publique, octobre 2014, RC-POS (14_POS_076).

 Postulat Jean-Michel Dolivo et consorts – Quel traitement réserve l’EVAM aux personnes vulnérables, en particulier sur le plan médical ?, séance du 24 juin 2014.

Cas relatifs

Cas individuel — 11/12/2016

Atteint du VIH, il pourrait obtenir un permis de séjour, on lui propose un statut précaire

Atteint du VIH et soumis à un traitement spécifique, « Sinh » se voit à plusieurs reprises refuser un permis pour cas de rigueur par le SPoMi, qui estime que les soins seront accessibles au Vietnam « selon toute probabilité ». Le Tribunal cantonal casse la décision, critiquant la légèreté de l’investigation du SPoMi. Alors que « Sinh » semble remplir les conditions d'octroi d’un permis de séjour, le canton opte pour une admission provisoire.
Cas individuel — 20/12/2011

Une rescapée de Srebrenica est renvoyée
malgré de graves problèmes psychiques

« Halida », rescapée du massacre de Srebrenica, demande l’asile en Suisse en 2000 alors qu'elle a à peine 18 ans. 11 ans plus tard, malgré ses troubles psychiques et la naissance d'un bébé, l’ODM puis le TAF vont prononcer son renvoi (et celui de son nouveau-né) vers la Bosnie. Elle n'y a pourtant quasiment plus de repères ni de réseau familial ou social.
Cas individuel — 24/08/2009

Des informations peu sérieuses qui auraient pu coûter la vie à une jeune femme

L’ODM s’appuie sur des informations erronées dans le cas d’une jeune femme dont la survie dépend d’une opération médicale de pointe irréalisable en Russie. Sans le travail du mandataire, le permis humanitaire lui aurait été refusé.
Cas individuel — 24/08/2009

Après avoir travaillé 18 ans en Suisse, il risque l’expulsion

Après 18 ans passés en Suisse, à bâtir routes, immeubles et maisons, "Alkan", travailleur sans-papiers, voit son renvoi prononcé par les autorités suisses.