La réouverture de Favra critiquée

Dans un communiqué, L’Association des Juristes Progressistes, l’Organisation mondiale contre la torture et la Ligue suisse des droits de l’Homme – Genève LSDH GE dénoncent la réouverture de l’établissement de détention administrative de Favra, fermé durant trois mois et demi mois en raison de la crise sanitaire due au coronavirus.

Le communiqué rappelle que la détention administrative ne sanctionne pas un crime et exige des standards plus élevés et des conditions plus souples que la détention relevant du droit pénal. Or, l’établissement, conçu à l’origine pour la détention pénale,  ne respecte actuellement ni les standards internationaux en matière de détention administrative, ni ceux prévus par le concordat sur l’exécution de la détention à l’égard des étrangers (CEDA), ni ceux présents le règlement intérieur de l’établissement. Dans un article du Courrier, Marc Morel de la LSDH-GE explique : « la circulation libre des personnes n’est pas possible, il n’y a pas de véritable service d’assistance sociale, il n’y a pas de cuisine et l’accès à l’extérieur est extrêmement restreint pour des questions de structure des lieux. Les détenus n’ont même pas forcément droit à une heure de promenade par jour. ».

Au mois d’octobre 2019, La Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) s’était rendue à Favra. Dans une lettre adressée au Conseil d’Etat, elle mentionnait déjà la non-conformité du lieu aux standards en vigueur.

Sources : AJP, OMCT, LSDH GE, « Réouverture de l’établissement de détention administrative de Favra : les conditions de détention restent non conformes », communiqué, 01.07.2020 ; CNPT, «Visite de suivi de la CNPT dans l’établissement de détention administrative de Favra», lettre, 08.04.2020 ; Gustavo Kuhn, « La réouverture de Favra dénoncée », Le Courrier, 15.07.2020.

Cas relatifs

Cas individuel — 12/12/2017

Elle quitte l’Italie à 2 ans. Aujourd’hui retraitée, elle risque le renvoi

Francesca, 64 ans, risque un renvoi vers l’Italie qu’elle a quitté à l’âge de 2 ans. Elle aurait dû obtenir un permis B lorsqu’elle travaillait mais celui-ci ne lui a pas été accordé. A sa retraite, le SEM nie son droit de demeurer en Suisse, pourtant prévu par l’ALCP. Parallèlement, une longue procédure doit être menée pour obtenir les prestations financières auxquelles elle a droit.
Cas individuel — 13/10/2009

Les erreurs de procédure comptent peu quand il s’agit d’expulser un étranger

Placé en détention administrative, « Rustam » y restera jusqu’à son renvoi, malgré plusieurs recours pour de graves vices de procédure. Les autorités ne les nient pas, mais elles estiment que le respect des règles légales est secondaire, parce que « Rustam » a été inculpé pour vol.
Cas individuel — 24/08/2009

Une amende salée pour un requérant indigent

Un demandeur d’asile se fait contrôler par la police près de la frontière avec la France. Il reçoit cinq mois plus tard une amende d’un montant de 360 francs suisses, un montant difficilement payable pour un demandeur d’asile qui vit de l’aide sociale.
Cas individuel — 20/10/2008

Europe de Dublin : une pente glissante même pour les « vrais » réfugiés

Menacé par des milices islamistes parce qu’il collabore avec l’armée américaine en Irak en tant que traducteur, « Bachir » gagne la Suisse après avoir parcouru l’Europe en quête d’asile. Sans nier ses dires mais en appliquant la logique des accords de Dublin, la Suisse le renvoie vers la Suède, qui veut le renvoyer vers la Grèce, où il risque un renvoi vers l’Irak.