La chaleur monte en prison: Champ-Dollon bat tous les records

Genève, 22.08.2023 – Le mois de juillet 2023 a été l’un des mois les plus chauds jamais enregistrés et entre la température à l’ombre des arbres en ville et celle à l’ombre des cellules à Champ-Dollon, il n’y avait pas beaucoup de différence, on oscillait entre 38 et 41 °C.

Déjà en juin 2022, le collectif Parlons prisons avait dénoncé cette situation en demandant des aménagements adéquats et immédiats à Champ-Dollon et à la Brénaz. Leurs revendications demandaient une distribution gratuite d’eau minérale et de ventilateurs, accès illimité aux douches, la fin du cachot surtout en période de canicule et une attention particulière vis-à-vis des personnes à risque (personnes âgées, en mauvaise santé, etc.).

Des questions ont été posées au Conseil d’Etat, qui a affirmé que les fenêtres des cachots restent semi-ouvertes, qu’un brumisateur est présent durant les promenades et que les personnes détenues ont toujours accès à un point d’eau.

Le collectif Parlons prison regrette qu’aucun organisme indépendant ne puisse aider les familles des detenu·exs à répondre à leurs demandes. L’an dernier, une dizaine de détenus de la prison de la Brenaz ont été sanctionnés pour avoir fait grève à cause de la chaleur étouffante dans leurs ateliers de travail. Le problème majeur reste le bâtiment vétuste et surpeuplé de Champ-Dollon, construit en 1977 et désormais inadéquat. En attendant, les détenu·exs se raccrochent à l’espoir d’une glace à l’eau, de brumisateurs et de promenades.

Sources: Les Vert·e·s, «Canicule à Champ-Dollon, que fait le Conseil d’Etat ?», Question urgente, juin 2022 ; Le Courrier, «Canicule à Champ-Dollon, un «châtiment corporel»», 22.08.2023 ; Le Temps, «Canicule: un collectif dénonce les conditions de vie dans les prisons genevoises», 21.07.2022 ; Tribune de Genève, «Plus de 37 degrés dans des cellules de Champ-Dollon», 19.07.2022 ; Parlons prison, «Communiqué: la canicule à Champ-Dollon, il y a urgence!», 21.06.2022.

Voir également: Conseil d’Etat, «QUE 1755 A», réponse à la question urgente, 24.08.2022.

Cas relatifs

Cas individuel — 27/06/2023

Ambassade de Suisse à Rabat – un refus de visa cruel, contraire aux avis médicaux et qui bafoue l’intérêt supérieur de l’enfant

Lorsque sa sœur Mariama*, qui vit en Suisse avec son mari Stefan* et leurs deux enfants, tombe gravement malade et se retrouve plongée dans un coma artificiel, Joséphine* demande un visa de courte durée auprès de la représentation suisse au Maroc. Son beau-frère n’arrive plus à cumuler son emploi à plein temps, les visites quotidiennes à son épouse à l’hôpital et la prise en charge de leurs deux enfants. A peine trois jours plus tard, l’ambassade suisse répond négativement, au motif qu’il existerait des doutes quant à sa volonté de quitter le territoire suisse avant l’expiration du visa.
Cas individuel — 21/06/2023

Une famille afghane NEM était tiers sûr vers la Grèce obtient néanmoins une admission provisoire

Zoya* et Yanis* bataillent 16 mois contre une non-entrée en matière était tiers sûr Grèce, alors que la famille connait de nombreux problèmes de santé psychologique et des violences conjugales. Finalement, le SEM leur délivre une admission provisoire.
Cas individuel — 04/10/2012

Un paraplégique et sa mère seront renvoyés
sans égard aux avis médicaux

« Meliha » et son fils « Fadil » déposent en 2011 une demande d’asile en Suisse. Ils invoquent d’emblée la paraplégie de « Fadil » et les difficultés qu’a sa mère, à la santé fragile et avec peu de ressources, de le prendre en charge seule. Pourtant, aucun des certificats médicaux établis en Suisse ne fera changer d’avis l’ODM et le TAF quant à l’exigibilité de leur renvoi.
Cas individuel — 30/08/2012

Après 6 ans de procédure, on admet que
l’accès aux soins n’est pas garanti au pays

« Louise », née en 1950, souffre du VIH et d’épilepsie. Elle essuie trois refus de l’ODM et voit ses deux recours au TAF rejetés avant que celui-ci ne reconnaisse, après 6 ans de procédure, qu’elle n’aura pas accès aux soins nécessaires à sa survie en cas de renvoi au Cameroun.