Une famille syrienne séparée par Dublin

Dans un article du 24 Heures, deux membres d’associations vaudoises relèvent le durcissement des pratiques de renvois des autorités cantonales. En témoigne l’assignation à résidence de cette jeune mère d’origine syrienne et de sa fille atteinte d’un handicap et la détention administrative du père. Ces mesures de contrainte ont été mises en place dans le but de renvoyer cette famille vers l’Italie en vertu du Règlement Dublin, malgré la présence des proches de la jeune mère de 21 ans en Suisse. Attribués au canton de Neuchâtel lors de leur arrivée, les parents, les deux jeunes frères et les cousins de la jeune syrienne verront, quant à eux, leur demande d’asile traitée en Suisse.

Selon les informations de la mandataire juridique, le père a été renvoyé vers l’Italie peu après la publication de cet article. Il a reçu une interdiction d’entrée sur le sol suisse courant jusqu’en 2020. La jeune mère et sa fille restent assignées à résidence – le délai de transfert ayant été prolongé de 18 mois. Un recours contre un refus de demande de réexamen du cas de cette famille est pendant au TAF.

Sources : 24 Heures, « Il faut libérer mon mari pour le bien de ma fille », 07 février 2018, correspondance avec la mandataire juridique.

Cas relatifs

Cas individuel — 24/08/2009

Malgré toutes les preuves de persécution il n’obtient pas l’asile

Menacé de mort par des groupes armés, « Salim », ancien interprète en Irak pour l'armée américaine, fuit son pays pour gagner la Suède, puis la Suisse. Conformément à la logique des Accords de Dublin, la Suisse refuse d’entrer en matière sur sa demande d’asile, malgré les documents qui attestent des dangers encourus, et ordonne son renvoi vers la Suède.
Cas individuel — 20/10/2008

Europe de Dublin : une pente glissante même pour les « vrais » réfugiés

Menacé par des milices islamistes parce qu’il collabore avec l’armée américaine en Irak en tant que traducteur, « Bachir » gagne la Suisse après avoir parcouru l’Europe en quête d’asile. Sans nier ses dires mais en appliquant la logique des accords de Dublin, la Suisse le renvoie vers la Suède, qui veut le renvoyer vers la Grèce, où il risque un renvoi vers l’Irak.