Détenu sous Dublin plus de 11 semaines, un ressortissant algérien voit son recours admis par le TF

05.04.2022, Suisse – Entre février et avril 2021, un ressortissant algérien est placé en détention administrative pour une durée de 6 semaines, en vue de l’exécution de son renvoi Dublin. S’étant opposé à son renvoi, il est à nouveau placé en détention pour insoumission durant plusieurs semaines.

Suite à sa libération, il dépose un recours auprès du Tribunal administratif du canton de Thurgovie, qui le rejette. Un nouveau recours est alors intenté auprès du Tribunal fédéral, qui admet par un arrêt du 11 mars 2022 (2C_610/2021) que la seconde période de détention du recourant était illégale. En effet, le délai de détention est réglementé au niveau européen par l’art. 28 du Règlement Dublin III et la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a précisé que celui-ci devait prendre fin au plus tard 6 semaines après la décision de transfert. Au niveau suisse, l’art. 76a al. 4 LEI prévoit un maximum de 3 mois de détention pour insoumission. Face à cette incompatibilité, le TF a conclu que l’interprétation par la CJUE prime.

Sources: Communiqué de presse du TF, «Dépassement de la durée autorisée d’une détention Dublin: recours admis», 05.04.2022 ; Arrêt du TF du 11 mars 2022, «2C_610/2021», 11.03.2022.

Cas relatifs

Cas individuel — 18/07/2022

Menacé de renvoi Dublin par la Suisse, il doit survivre dans la clandestinité

Franck* a fui son pays natal en raison de son orientation sexuelle. Arrivé en Suisse, il est frappé d’une décision de renvoi Dublin vers l’Italie et entre dans la clandestinité. Au cours de sa procédure d’asile, comme dans la clandestinité, Franck* est confronté à des conditions de vie difficiles.
Cas individuel — 24/07/2013

Une femme afghane seule avec 4 enfants
doit faire recours pour obtenir l’asile

« Nahid » et ses quatre enfants demandent l’asile en Suisse. Leur demande est rejetée par l’ODM, qui dans un premier temps suspend l’exécution du renvoi avant de juger que le retour à Kaboul est exigible. Sur recours, le TAF reconnaît pourtant la vraisemblance des motifs d’asile.
Cas individuel — 12/07/2011

Un geste désespéré qui aurait pu être évité

« Ribkha », jeune femme érythréenne de 21 ans, demande l’asile en Suisse. Elle est renvoyée en Italie (renvoi Dublin). Sans aucun moyen de subsistance dans ce pays, elle revient en Suisse. Parfaitement informées de sa fragilité psychique, les autorités suisses décident de la renvoyer à nouveau. Au moment où arrive la police, « Ribkha » saute depuis le balcon du 3ème étage.