Décision de renvoi Dublin en Italie : des avis médicaux insuffisamment pris en compte par l’ODM

Dans un arrêt du 13 juin 2012, le TAF a cassé une décision de l’ODM qui a refusé de réexaminer une précédente décision de renvoi Dublin, en raison du non-paiement d’une avance de frais.

La décision concerne un couple de Nigérians qui voit sa demande d’asile rejetée en février 2012. En application des accords de Dublin, l’ODM décide de les transférer en l’Italie. En avril 2012, ils déposent une demande de réexamen, alléguant de nouveaux faits médicaux qui s’opposent à leur transfert en Italie. Les certificats médicaux qu’ils transmettent à l’ODM révèlent que la femme présente un « kyste ovarien hémorragique avec risque de torsion et de rupture, ainsi qu’un état dépressif majeur ». Les rapports soulignent par ailleurs que dans cette situation, elle nécessite des soins susceptibles de devoir être dispensés dans l’urgence. Enfin, ils attestent du fait qu’elle n’est pas apte à voyager. Mais pour l’ODM, qui demande le versement d’une avance de frais de 600 francs, ces éléments « ne remettent pas en cause la capacité de [la recourante] à être transférée en Italie ». L’argent n’étant pas versé à temps par les recourants, la demande est déclarée irrecevable.

Pour le TAF, les éléments avancés par les recourants étaient nouveaux et ne pouvaient pas être exposés plus tôt. Ils étaient par ailleurs de nature à influer sur la décision. C’est donc à tort que l’ODM a considéré la demande de réexamen comme vouée à l’échec et demandé le paiement d’une avance de frais (art. 17b al. 3 LAsi). Par ailleurs, le Tribunal estime que l’avis de l’ODM « non seulement n’est en rien étayée, mais contredit l’avis des médecins ». Selon le TAF, l’Office aurait donc dû procéder à un examen plus approfondi vu le caractère potentiellement urgent des soins devant être dispensés et eu égard à « la situation parfois délicate prévalant en Italie en ce qui concerne l’accueil des requérants d’asile ». L’ODM doit désormais examiner la demande du couple et leur verser la somme de 600 francs à titre de dépens.

Source : Arrêt du TAF D-3098/2012 du 13 juin 2012.

Cas relatifs

Cas individuel — 16/03/2020

En Suisse depuis 1991, son renvoi vers le Portugal est confirmé malgré une intégration « réussie »

Les autorités refusent de renouveler le permis de séjour UE/AELE de « Paula », qui travaille légalement en Suisse depuis 1991, car elle aurait perdu la qualité de « travailleuse salariée » au sens de l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP), et parce que son intégration n’est pas « exceptionnelle » au point de constituer un cas de rigueur permettant de lui octroyer un permis de séjour.
Cas individuel — 07/11/2012

L’ODM le renvoie en Italie sans aucune garantie de prise en charge médicale

En 2010, « Hakim », après avoir transité par l’Italie, dépose une demande d’asile en Suisse. Souffrant de graves troubles psychiques, son transfert sur la base des accords de Dublin nécessite, selon le TAF, de prendre des précautions particulières. Mais l’ODM exécutera son transfert sans attendre des autorités italiennes la garantie d’une prise en charge adéquate.
Cas individuel — 04/05/2012

Renvoi Dublin imminent d’une famille
qui risque des mauvais traitements

En 1998, « Arjun » et « Revathi » fuient des persécutions au Sri Lanka et parviennent à s’établir en Grèce. Durant plusieurs années, ils y subissent des humiliations et attaques racistes répétées. Lors d’une de ces agressions, « Arjun » perd un doigt. La famille dépose alors une demande d’asile en Suisse. L’ODM puis le TAF ordonnent leur renvoi en Grèce, où ils risquent d’autres mauvais traitements, voire un retour forcé au Sri Lanka.
Cas individuel — 03/05/2010

11 ans de lutte avec les autorités
pour faire reconnaître ses souffrances

« Sania », victime d'un viol en RDC, voit sa demande d’asile refusée. Malgré de nombreuses démarches étayées par des certificats médicaux toujours plus alarmants, elle demeure pendant 11 ans sous la menace d'un renvoi. Ce n'est qu'après une troisième demande de réexamen qu'elle finit par obtenir l'admission provisoire.