Après onze ans de procédure, le CAT donne raison à une représentante du peuple amérindien Mapuche auprès des Nations Unies

Flor Calfunao vit à Genève depuis 23 ans. Elle est arrivée en 1996, sans papiers. Depuis 2011, elle défend les droits du peuple amérindien Mapuche aux Nations Unies.

En novembre 2008, Flor Calfunao dépose une demande d’asile en Suisse, exposant qu’elle est persécutée par le pouvoir chilien en raison de son appartenance à la communauté mapuche. La même année, elle reçoit le prix « Femme exilée, femme engagée » de la Ville de Genève.

En 2010, le SEM rejette sa demande et prononce son renvoi. Saisi d’un recours, le TAF confirme cette décision en juin 2013. La militante dépose alors une demande de reconsidération et envoie régulièrement des courriers au SEM, rassemblant des preuves de la répression étatique et paramilitaire qui sévit au Chili à l’encontre de sa communauté et plus particulièrement de membres de sa famille.

En mai 2017, le SEM rejette sa demande de reconsidération. À nouveau saisi d’un recours, le TAF confirme en juillet 2018 le rejet de sa demande d’asile. Le Tribunal arrive à la conclusion qu’« il n’y a clairement pas lieu de considérer que les membres de la communauté Mapuche au Chili sont victimes d’une persécution collective ».

Un comité de soutien lance une pétition contre le renvoi de la militante, dénonçant l’atteinte à la capacité de Flor de faire son travail de défenseure des droits humains. Une plainte est alors déposée devant le CAT.

En décembre 2019, le CAT demande à la Suisse de ne pas expulser Flor Calfunao au Chili et de reconsidérer sa demande d’asile en Suisse.  Selon le CAT, la représentante du peuple amérindien Mapuche aux Nations Unies risque bien d’être torturée au Chili si elle y était renvoyée. Après onze ans de procédure, l’institution onusienne donne raison à Flor Calfunao et à ses avocat∙e∙s.

Sources : Le Courrier, Le comité contre la torture désavoue la Suisse, 20 décembre 2019 ; ISHR, Suisse : Non au renvoi de Flor Calfunao Paillalef, oui à plus de cohérence en faveur des droits humains, 27 août 2018 ; Arrêt du TAF D-3337/2017 du 11 juillet 2018 ; Asile.ch, Pétition contre le renvoi par la Suisse d’une femme d’origine Mapuche au Chili, 12 septembre 2013.

Cas relatifs

Cas individuel — 10/03/2020

Après plus de trois ans de procédure et quatre décisions différentes, elle obtient l’asile

Ce n’est qu’après avoir rendu trois décisions différentes, dont une non-entrée en matière Dublin, que le SEM accorde l’asile à « Hiwet » et sa fille, trois ans après leur arrivée. Elles ont pourtant toujours invoqué les mêmes motifs d’asile.
Cas individuel — 23/03/2010

30 jours pour faire recours : un délai à peine suffisant
qui risque d’être raccourci

« Jabari », détenu et torturé en Somalie, voit sa demande d’asile être refusée par l’ODM pour des motifs douteux. Après de minutieuses démarches menées en tout juste 30 jours, il arrive à prouver dans un recours que sa qualité de réfugié est indiscutable, amenant l’ODM à revenir sur sa décision. Mais le DFJP entend désormais raccourcir le délai de recours à 15 jours.
Cas individuel — 23/02/2010

Les remarques d’un ROE incitent le TAF
à juger que l’ODM n’a pas fait son travail

Sur la base de quelques réponses évasives, l’ODM considère qu’« Oury » n’est pas mineur et le traite comme un majeur. Les motifs de l’ODM sont « flous et arbitraires » estime le représentant d’œuvre d’entraide (ROE) présent à l’audition. Le TAF retient cette critique et demande à l’ODM de prendre les mesures nécessaires pour établir l’âge d’«Oury». Un projet de modification de la loi sur l’asile prévoit de supprimer les ROE. Des témoins gênants ?
Cas individuel — 24/08/2009

L’ODM voulait le renvoyer sans vérifier s’il pourrait recevoir des soins

La demande d’asile de « Robert » est rejetée, mais son médecin atteste qu’il est gravement malade. L’ODM affirme qu’il pourra se soigner au Togo. Le TAF estime le contraire et reproche à l’ODM de ne citer aucune source. Le DFJP voudrait qu’à l’avenir ce soit au requérant de prouver qu’il ne pourra pas être soigné. Quelles en seraient les conséquences ?