Après onze ans de procédure, le CAT donne raison à une représentante du peuple amérindien Mapuche auprès des Nations Unies

Flor Calfunao vit à Genève depuis 23 ans. Elle est arrivée en 1996, sans papiers. Depuis 2011, elle défend les droits du peuple amérindien Mapuche aux Nations Unies.

En novembre 2008, Flor Calfunao dépose une demande d’asile en Suisse, exposant qu’elle est persécutée par le pouvoir chilien en raison de son appartenance à la communauté mapuche. La même année, elle reçoit le prix « Femme exilée, femme engagée » de la Ville de Genève.

En 2010, le SEM rejette sa demande et prononce son renvoi. Saisi d’un recours, le TAF confirme cette décision en juin 2013. La militante dépose alors une demande de reconsidération et envoie régulièrement des courriers au SEM, rassemblant des preuves de la répression étatique et paramilitaire qui sévit au Chili à l’encontre de sa communauté et plus particulièrement de membres de sa famille.

En mai 2017, le SEM rejette sa demande de reconsidération. À nouveau saisi d’un recours, le TAF confirme en juillet 2018 le rejet de sa demande d’asile. Le Tribunal arrive à la conclusion qu’« il n’y a clairement pas lieu de considérer que les membres de la communauté Mapuche au Chili sont victimes d’une persécution collective ».

Un comité de soutien lance une pétition contre le renvoi de la militante, dénonçant l’atteinte à la capacité de Flor de faire son travail de défenseure des droits humains. Une plainte est alors déposée devant le CAT.

En décembre 2019, le CAT demande à la Suisse de ne pas expulser Flor Calfunao au Chili et de reconsidérer sa demande d’asile en Suisse.  Selon le CAT, la représentante du peuple amérindien Mapuche aux Nations Unies risque bien d’être torturée au Chili si elle y était renvoyée. Après onze ans de procédure, l’institution onusienne donne raison à Flor Calfunao et à ses avocat∙e∙s.

Sources : Le Courrier, Le comité contre la torture désavoue la Suisse, 20 décembre 2019 ; ISHR, Suisse : Non au renvoi de Flor Calfunao Paillalef, oui à plus de cohérence en faveur des droits humains, 27 août 2018 ; Arrêt du TAF D-3337/2017 du 11 juillet 2018 ; Asile.ch, Pétition contre le renvoi par la Suisse d’une femme d’origine Mapuche au Chili, 12 septembre 2013.

Cas relatifs

Cas individuel — 18/07/2022

Menacé de renvoi Dublin par la Suisse, il doit survivre dans la clandestinité

Franck* a fui son pays natal en raison de son orientation sexuelle. Arrivé en Suisse, il est frappé d’une décision de renvoi Dublin vers l’Italie et entre dans la clandestinité. Au cours de sa procédure d’asile, comme dans la clandestinité, Franck* est confronté à des conditions de vie difficiles.
Cas individuel — 21/04/2011

Il obtient l'asile après avoir frôlé le renvoi
faute de pouvoir payer une avance de frais

Après le refus de sa demande d’asile par l'ODM en 2010, « Kofi » recourt devant le TAF. Celui-ci, malgré les moyens de preuves pertinents déposés, considère que le recours est voué à l’échec et réclame 600 frs d’avance de frais. « Kofi » ne peut pas payer. Plus tard, ayant réussi à réunir de nouvelles preuves, il demande à l’ODM de reconsidérer son cas, et finit par obtenir l’asile.
Cas individuel — 08/02/2011

Des cicatrices de torture n’incitent pas
l’ODM à procéder à des vérifications

« Aran », d’origine tamoule, raconte avoir été arrêté au Sri Lanka par l’armée qui l’emprisonne et le torture fin 2007. En 2008, auditionné dans le cadre de sa demande d’asile en Suisse, « Aran » montre les cicatrices de ses blessures, mais l’ODM ne les examine pas. En 2010, après le rejet de sa demande d’asile, il recourt avec des certificats médicaux concordants.
Cas individuel — 24/08/2009

Militant aujourd’hui, criminel demain ?

Persécuté à cause de son homosexualité, « Djallil » gagne la Suisse pour y demander l’asile. Militant actif de la cause homosexuelle, il est reconnu comme réfugié du fait de ses engagements en Suisse. Mais le DFJP projette de sanctionner pénalement certaines activités politiques des requérants d’asile en Suisse. « Djallil » est-il un criminel ?