Accueil de 23 RMNA en Suisse depuis la Grèce : la réalité juridique au-delà du discours humanitaire

Le 16 mai 2020, le Conseil fédéral se félicitait de l’arrivée en Suisse de 23 personnes mineures en provenance des camps de réfugié·e·s sur les îles grecques. Le discours est celui de la générosité et du soutien de la Suisse à la Grèce, mais les autorités omettent un élément central. Ces personnes mineures, comme tant d’autres restées en Grèce, ont de la famille en Suisse et la Suisse est légalement responsable de leur procédure d’asile, en vertu de l’article 8 du Règlement Dublin III. De ce fait, ces personnes ont le droit de rejoindre leur famille et la Suisse a pour obligation de permettre ce regroupement familial. La situation inquiétante dans ces camps ne date pas de la crise sanitaire liée au coronavirus et, déjà bien avant celle-ci, les personnes mineures qui ont tenté de rejoindre leur famille en Suisse se sont retrouvées face à des obstacles temporels et administratifs. Exemple parmi d’autre, le cas de Farid*, relaté par l’ODAE romand dans le dernier numéro de Vivre Ensemble. Farid fait partie des 23 jeunes qui sont arrivés en Suisse, mais il aura attendu près de 10 mois avant de pouvoir rejoindre sa mère.

En outre, d’autres personnes sont toujours en attente en Grèce, en témoigne l’expérience de la femme et la fille de Rêzan, qui sont restées bloquées en Grèce tant que celui-ci n’avait pas obtenu de réponse à sa demande d’asile en Suisse. Pourtant, selon les articles 9 et 10 du Règlement Dublin, les États devraient permettre aux requérant·e·s d’une même famille d’avoir leur demande traitée dans le même pays.

Comme le relève Aldo Brina, dans Le Courrier du 30 avril, l’accueil de ces 23 enfants n’est point une action courageuse, mais bien la simple application, quoiqu’encore partielle, des obligations légales auxquelles la Suisse est tenue.

*Prénoms fictifs

Sources : Conseil fédéral, « 23 requérants d’asile mineurs en provenance de Grèce sont arrivés en Suisse », communiqué du 16.05.2020 ; Raphaël Rey, « Grèce-Suisse : des regroupements familiaux qui traînent en longueur », Vivre Ensemble, VE 177, mai 2020.   ; Aldo Brina, « C’est à quel moment qu’il faut applaudir », Le Courrier, 30.04.2020 ; Règlement (UE) no 604/2013 du parlement européen et du conseil du 26 juin 2013, dit Règlement Dublin III.

Cas relatifs

Cas individuel — 13/01/2015

Admis « provisoirement » depuis 12 ans il ne peut pas voir sa famille en Allemagne

Titulaire d’un permis F depuis 12 ans, « Seyoum » demande un « visa de retour », document officiel nécessaire pour rendre visite à sa famille en Allemagne et revenir en Suisse. L’ODM refuse au motif qu’il dépend de l’aide sociale. « Seyoum » est comme enfermé en Suisse.
Cas individuel — 29/07/2010

Plus d'un an et demi pour obtenir son droit au regroupement familial

« João », brésilien, veut rejoindre sa mère qui vit en Suisse avec sa conjointe espagnole. Selon l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP), il a droit au regroupement familial. Pourtant, les autorités vont mettre plus d’un an et demi à lui délivrer un permis.
Cas individuel — 24/08/2009

Un père de famille expulsé par vol spécial

« Ibrahim », requérant d’asile débouté, vit avec « Aïssa » (permis C) qui est enceinte de leur deuxième enfant. Alors que des démarches de mariage sont en cours, « Ibrahim » est mis en détention pendant plus de 2 mois puis expulsé par vol spécial.