Rapport d’observation 2015-2016 : Droits de l’enfant et unité familiale

«La Suisse n’est pas bonne élève en ce qui concerne le respect des droits de l’enfant». C’est le constat qui ressort du 8e rapport d’observation de l’ODAE romand, intitulé “Droit de l’enfant et unité familiale sacrifiés au profit d’une politique migratoire restrictive”. Celui-ci a été rendu public lors d’une conférence de presse organisée le 21 novembre 2016, au lendemain de la Journée internationale des droits de l’enfant. Jean Zermatten, ancien juge des mineurs en Valais, fondateur et directeur de l’Institut international des droits de l’enfant et membre puis président du Comité des droits de l’enfant de l’ONU, a participé à l’événement. Selon lui, dans les domaines de la migration et de l’asile, la Suisse viole la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, qu’elle a pourtant ratifiée il y a bientôt vingt ans.

Situation des jeunes en situation irrégulière, regroupement familial, décision de renvoi frappant directement un enfant ou l’un de ses parents, conditions de vie imposées aux familles ou aux mineurs non-accompagnés : ce sont autant de sujets traités dans ce rapport. Celui-ci recense l’ensemble des observations menées en 2015-2016, en propose une synthèse et aborde également d’autres problématiques relatives aux conséquences humaines de l’application des lois sur l’asile et les étrangers.

Le Rapport peut être consulté en ligne, de même que le Dossier de presse.

Voir les retombées médiatiques du 8e rapport d’observation.