Projet - Érythrée

Durcissements à l’encontre des Érythréen·ne·s

Une communauté sous pression

Depuis le printemps 2018, l’ODAE romand suit de près la situation des requérant∙e∙s d’asile érythréen∙ne∙s. Ils sont de plus en plus nombreux∙ses à se retrouver avec une décision de renvoi, soit parce que leur demande d’asile est rejetée, soit parce que leur admission provisoire est levée. La Suisse est ainsi devenue le seul État européen à rendre de telles décisions à l’égard des ressortissant∙e∙s de ce pays de la Corne de l’Afrique.

Pourtant, rien ne montre que la situation ait changé en Érythrée. La censure et les violations massives des droits humains persistent, comme l’observe le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies. Pourtant, cédant aux pressions politiques – un grand nombre d’interpellations au Parlement fédéral visent cette communauté, la Suisse appréhende toujours plus strictement la situation juridique des requérant∙e∙s d’asile provenant d’Érythrée. L’appréciation des motifs d’asile évoqués par les requérant∙e∙s est toujours plus exigeante. Or, sur le terrain, l’ODAE romand constate les difficultés des requérant∙e∙s d’asile à remplir ces exigences de vraisemblance : départ à un âge très jeune, traumatismes liés à la route de l’exil, paranoïa et méfiance vis-à-vis de l’autorité, méconnaissance de ses droits et du déroulement d’une procédure administrative, temps écoulé entre les faits et le moment des auditions sur les motifs d’asile, etc.

Certaines requêtes décisives sont pendantes devant le Comité de l’ONU contre la torture. En attendant, la seule perspective en Suisse pour les personnes déboutées réside dans la précarité de l’aide d’urgence – l’absence d’accord de réadmission rend impossible l’exécution de renvois forcés vers l’Érythrée. Ce régime anéantit tout effort d’intégration et tout processus de reconstruction de personnes déjà fragilisées par l’exil, notamment les enfants, sans oublier ses conséquences sur la santé physique et psychique.

Impacts

L’Illustré, Azeb, visage de la peur des Érythréens de Suisse, 5 décembre 2018

Le Courrier, Atteintes généralisées au droit d’asile, 30 novembre 2018

Asile.ch, Durcissement à l’encontre des Érythréen·ne·s : une communauté sous pression, reprise du communiqué de l’ODAE romand, 29.11.2018 (repris sur les sites de Bernex accueil, de la cooordination asile.ge, de l’OSAR, de Droit de rester et de Mediarezo)

24Heures, Le Matin, La Tribune de Genève et 20 Minutes : « Augmentation injustifiée des décisions de renvoi », reprise de la dépêche ATS, 29.11.2018

RTS radio (La 1ère), Le Journal de 6h30 (2’40), interview de la coordinatrice de l’ODAE romand, Mélissa Llorens, sur la levée des admissions provisoires d’une vingtaine d’Erythréens, 4 septembre 2018

RTS radio (La 1ère), La Matinale (4’00), Le réexamen du statut de requérants érythréens porté devant le Comité de l’ONU contre la torture, interview de la coordinatrice de l’ODAE romand, Mélissa Llorens, 26 juin 2018

Rapport principal

Dans ce rapport, l’ODAE romand a analysé les changements de pratique et a récolté des informations et des témoignages auprès de ces réfugié∙e∙s et des personnes qui les accompagnent. En se fondant sur des cas concrets, il met en lumière les conséquences humaines de ces durcissements. Pour la première fois, l’ODAE romand s’intéresse au sort d’un groupe en particulier, mais ses conclusions ne concernent pas seulement cette communauté et montrent qu’il y a lieu de s’inquiéter pour le droit d’asile au sens large.